Trump, Clinton capture key wins on U.S. Super Tuesday

Republican Donald Trump and Democrat Hillary Clinton took big steps toward securing their parties’ presidential nominations on Tuesday with a series of state-by-state victories, but their rivals vowed to keep on fighting.

On Super Tuesday, the 2016 campaign’s biggest day of nominating contests, Trump, 69, and Clinton, 68, proved themselves the undisputed front-runners. (Graphic – Race to the White House here)

Now they are under pressure to show they can unify voters in their respective parties and avoid a potentially disastrous split in their ranks that could hurt them in the November 8 election.

U.S. networks projected Trump won seven states with victories stretching into the deep South and as far north as Massachusetts, adding to a sense of momentum he had built last month by winning three of the first four contests.

Clinton’s victories in seven states were just as impressive but in many ways predictable, propelled by African-American voters in southern states like Arkansas, where she and former President Bill Clinton began their political careers.

Trump’s rivals Ted Cruz, a U.S. senator from Texas, and Marco Rubio, a U.S. senator from Florida, emphasized their determination to remain in the race.

Cruz, 45, won his home state of Texas and neighboring Oklahoma, bolstering his argument he had the best chance to stop the brash billionaire. Rubio, favorite of the Republican establishment, was projected the winner in Minnesota, his first victory.

Clinton’s rival Bernie Sanders, a democratic socialist U.S. senator from Vermont, also won his home state along with Colorado, Minnesota and Oklahoma and vowed to pursue the battle for the nomination in the 35 states yet to vote. He lost to Clinton in Massachusetts, a fifth state he had hoped to win.

Super Tuesday was the biggest single day of state-by-state contests to select party nominees for the Nov. 8 election to succeed Democratic President Barack Obama.

TRUMP WAVES OFF REPUBLICAN CRITICISM

At a news conference in a chandeliered ballroom at his seaside Mar-a-Lago resort in Palm Beach, Florida, Trump, who has never held public office, dismissed furious criticism aimed at him by establishment Republicans.

Faced with a party in turmoil over his ideas to build a wall between the United States and Mexico, deport 11 million illegal immigrants and bar Muslims from entering the country, Trump declared he had expanded the party by drawing in disaffected blue-collar Democrats who like his tough-on-trade rhetoric.

« I am a unifier, » he said. « I would love to see the Republican Party and everybody get together and unify and when we unify, there’s nobody that’s going to beat us. »

The rivals of both Trump and Clinton aim to knock them off their pedestals in contests ahead in Michigan, Florida and Illinois.

Trump waved off criticism from the country’s top two elected Republicans, House Speaker Paul Ryan and Senate Majority Leader Mitch McConnell, over his delayed disavowal of an endorsement by David Duke, a former leader of the Ku Klux Klan, a white supremacist group.

« I’ve disavowed, » Trump said. « I’m going to get along with Congress, okay? Paul Ryan, I don’t know him well, but I’m sure I’m going to get along great with him. And if I don’t, he’s going to have to pay a big price, okay? » Trump said in remarks that could further inflame party tensions.

Clinton, who still faces a well-funded Sanders despite having taken control of the Democratic race, was eager to assail Trump as a way of getting Democratic voters used to the idea of her as the nominee.

« The stakes in this election have never been higher and the rhetoric we’re hearing on the other side has never been lower, » Clinton told supporters in Miami. « Trying to divide America between us and them is wrong, and we’re not going to let it work. »

‘DONALD TRUMPS OF THE WORLD’

Sanders thanked cheering supporters in his hometown of Burlington, Vermont, and assailed the Republican front-runner.

« We are not going to let the Donald Trumps of the world divide us, » said Sanders, 74, adding that he expected to pile up « hundreds » of convention delegates in voting on Tuesday.

For Rubio, 44, it was a day of reckoning. His losses piled up after a week in which he labeled Trump a « con artist » and exchanged schoolyard taunts with him over, for example, who wet their pants under pressure at a debate last week.

Suddenly, the contest on March 15 in Florida, his home state, loomed over him as a must-win state.

« Florida, I know you’re ready, » Rubio said. « The pundits say we’re underdogs, I’ll accept that. We’ve all been underdogs. »

Rubio’s plight was such that Senator Lindsey Graham, an establishment South Carolina Republican, told CBS News that Republican voters might need to rally around Cruz, who has been one of the most disliked public figures in Washington.

« I can’t believe I would say yes, but yes, » Graham said when asked about the idea of supporting Cruz as a way of stopping Trump.

Cruz told supporters at his victory party in Texas that Trump was a « Washington dealmaker, profane and vulgar, who has a lifelong pattern of using government power for personal gain. »

The networks had yet to project a winner for Republicans in Alaska.

Republican U.S. presidential candidate Senator Ted Cruz, his wife Heidi and daughters Caroline (L) and Catherine react to the Super Tuesday primary and caucus voting results at a campaign rally in Houston, Texas March 1, 2016.
REUTERS/RICHARD CARSON
Publicités

Trump et Clinton, grands vainqueurs du Super Tuesday

Donald Trump et Hillary Clinton.

Six États gagnés pour le milliardaire dans le camp républicain, qui laisse en revanche le Texas et l’Oklahoma à Ted Cruz. Huit pour l’ex-Secrétaire d’État côté démocrate, doublée toutefois par Sanders dans quatre États. Les deux favoris ont largement dominé leurs rivaux lors des primaires organisées ce mardi.

Nuit triomphale pour Donald Trump lors d’un Super Mardi qui voit au moins six États tombés dans son escarcelle. Le milliardaire gagne la Géorgie, le Tennessee, l’Alabama, l’Arkansas, la Virginie et le Massachussetts et pourrait y rajouter le Vermont. Largement victorieuse dans le sud, grâce au vote noir, Hillary remporte haut la main les mêmes États et peut être quelques autres (Texas et Samoa), mais elle se retrouve doublée par Bernie Sanders non seulement dans son État du Vermont, mais aussi dans l’Oklahoma, le Minnesota et le Colorado, victoires qui donnent au sénateur des raisons de rester optimiste sur ses chances de mettre sa rivale en difficulté dans le Nord, le Midwest et l’Ouest, alors qu’elle triomphe dans le sud.

Hillary Clinton en Virginie le 29 février.
 

Ted Cruz parvient à gagner dans son État du Texas, et prend aussi l’Oklahoma, un double succès qui lui fournit des arguments pour rester dans la course. Mais le bilan reste décevant, au vu de ses ambitions initiales d’orchestrer un raz de marée en sa faveur. Marco Rubio arrache le Minnesota, son premier état, mais il n’engrange aucune autre victoire, échouant donc à capitaliser sur ses attaques soutenues des derniers jours contre Trump. Une réalité qui rend peu convaincant l’argument selon lequel il doit être l’alternative à Trump. Il semble toutefois avoir marqué des points dans les centres urbains, notamment en Virginie, où il talonne le milliardaire. Sa dernière chance reste de gagner la Floride le 15 mars, s’il veut survivre.

Les élites du parti paniquées

Ni John Kasich, ni Ben Carson ne gagnent aucun État, ce qui va les mettre sous large pression de quitter la course. Kasich, qui semble arriver deuxième dans le Vermont juste derrière Trump et se retrouve en deuxième position dans le Massachussetts, a maintes fois répété qu’il attendrait la primaire de l’Ohio le 15 mars, pour se décider. Le maintien des quatre candidats dans la course profite évidemment à Trump, qui peut ainsi conforter sa confortable avance. «Il gagne largement mais laisse suffisamment de miettes aux autres pour qu’ils se maintiennent, ce qui l’arrange», note l’analyste Michael Smerconish.

Avec cette nouvelle victoire massive, Trump confirme son extraordinaire domination sur la base républicaine malgré tous les efforts entrepris par l’élite du parti pour l’abattre ces derniers jours. Les critiques qui ont fondu sur lui, après son étrange lenteur à désavouer un ex-leader du Ku Klux Klan sulfureux, David Duke, ne semblent pas avoir eu tellement d’impact sur ses chiffres. Clairement, sa base est solide. «Nous allons gagner et nous reconstruirons et unifierons l’Amérique», a-t-il promis radieux lors d’une conférence de presse, lors de laquelle il est apparu très en maîtrise. «Nous sommes en train de faire grossir le parti républicain et cela nous fera gagner face à Hillary Clinton, comprenez-moi, je suis et serai un unificateur», a-t-il répliqué ce mardi soir lors d’une conférence tenue à Palm Beach, à un journaliste qui lui demandait s’il craignait que le parti républicain ne tente de l’arrêter.

Trump se recentre pour rassembler

Trump a félicité Ted Cruz pour ses victoires mais s’est moqué du «poids léger» Marco Rubio, qui a «clairement eu une très mauvaise soirée et est le grand perdant». Désavouant le KKK en réponse à une question d’un reporter, le milliardaire a amorcé son recentrage à travers ses réponses, comme s’il se préparait déjà à l’élection générale de novembre. Il a notamment évité les formules provocatrices et les insultes contre ses rivaux, exprimant à l’envi sa volonté de travailler pour «la classe moyenne qui a tant perdu», en rapatriant l’emploi de l’étranger, et en renégociant les traités commerciaux désavantageux avec la Chine et le Mexique. «Nous allons construire le Mur», a aussi répété Donald Trump, rappelant que les Chinois avaient construit une grande muraille de 13.000 miles, alors que le sien n’en ferait que 2000. «Et ils n’avaient pas Caterpillar», a plaisanté l’homme d’affaires. Il a déclaré qu’il gagnerait des points chez les Afro-Américains et les Latinos pendant le reste de la campagne «parce que je vais créer des millions d’emplois ici en faisant en sorte par exemple qu’Apple fabrique ses iPhones en Amérique, pas en Chine».

Juste derrière lui, le gouverneur Chris Christie, ex-candidat dont l’opportunisme politique a été souligné par maints commentateurs quand il a soudain rejoint la campagne Trump vendredi dernier, le dévorait des yeux, se voyant déjà peut-être dans un rôle de vice-président. «Donald Trump est le vainqueur. Il va rassembler le parti et faire en sorte qu’Hillary ne revienne jamais à la Maison-Blanche. Ce n’est pas une campagne mais un mouvement qui se lève…L’Amérique veut gagner à nouveau et s’unir mais elle a besoin d’un leader audacieux et ferme, Donald Trump est cet homme», a dit Christie.

«Une OPA hostile de Trump sur le parti»

Donald Trump devant quelques milliers de supporters mardi à Louisville.
 

Tous les commentateurs ce mardi soir semblaient d’accord pour souligner le fossé qui sépare désormais l’élite républicaine des électeurs. «Un groupe de donateurs et de lobbyistes parlent d’une OPA hostile de Trump sur le parti, mais ils ne comprennent pas que c’est le peuple qui parle à travers les votes», a noté l’expert Jeffrey Lord. «Il y a désormais un abîme entre l’establishment et la base», a confirmé la journaliste Dana Basch. «Les gens sont fatigués de Washington et veulent autre chose», confirme David Axelrod, ancien conseiller politique d’Obama. Tous soulignent que les électeurs ne semblent plus vouloir d’un conservateur pur et dur à la Cruz, préférant miser sur un personnage, comme Trump, qui transcende les frontières traditionnelles entre les partis, à condition qu’il protège les frontières, l’emploi, et le mode de vie américain. Les commentateurs ont aussi mis en garde l’élite républicaine contre la tentation de contourner Trump lors d’une convention négociée, jugeant que cela susciterait une catastrophe et une atteinte au processus démocratique.

Marco Rubio a néanmoins continué ce mardi soir, de dire qu’il fallait «se battre pour empêcher Donald Trump de s’emparer du parti de Lincoln et de Reagan car nous ne pouvons élire quelqu’un qui refuse de dénoncer le Ku Klux Klan». Cruz lui a emboîté le pas, affirmant qu’on ne devait pas nommer un constructeur new-yorkais «grossier et injurieux» à la présidence. Mais vu la progression de Trump, leur discours semblait tomber un peu dans le vide.

Ce qui est intéressant est que la rébellion que l’on retrouve à droite, existe aussi à gauche, a noté le commentateur libéral Van Jones. Hillary Clinton gagne 7 états mais Bernie Sanders s’en sort avec un score honorable de 4 États gagnés, ce qui révèle une situation plus mitigée pour Clinton que pour Trump. La course s’annonce longue et difficile.

Ce résultat est évidemment une bonne nouvelle pour le milliardaire new-yorkais, qui espère aller chercher des électeurs chez les démocrates, peut-être sur les mêmes terres ouvrières de Sanders.

Source : Trump et Clinton, grands vainqueurs du Super Tuesday

Taubira démissionne, Urvoas la remplace à la Justice

Christiane Taubira vient d'annoncer sa démission du ministère de la Justice.

La garde des Sceaux a remis mercredi matin sa démission à François Hollande, sur fond de discorde sur la déchéance de nationalité. Le socialiste Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère et président de la Commission des lois de l’Assemblée, a été choisi pour la remplacer.

Source Le Figaro : Taubira démissionne, Urvoas la remplace à la Justice

Les estimations nationales des instituts de sondage au soir du premier tour

Source : Les estimations nationales des instituts de sondage au soir du premier tour

François Hollande, trois années tumultueuses

Ce 6 mai 2015 marque l’anniversaire de l’élection de François Hollande comme Président de la République française le 6 mai 2012. 3 ans après que peut-on retenir de son action ? Sa côte de popularité aujourd’hui est à moins de 20% d’opinion favorable.

En toute franchise pour que ce soit clair je précise que je suis apolitique, je ne suis pas et ne veux pas être encarté dans aucun parti politique, simplement je n’aime pas les partis extrêmes. Je veux rester libre de mes opinions. J’essaie de juger en toute objectivité. Quand je pense que c’est bien je le dis et quand je pense que c’est mal aussi quel que soit le bord politique.

La politique intérieure n’est pas fameuse. Chômage toujours en hausse, économie en demi-teinte, insécurité dans les lieux sensibles, hausses d’impôts par exemple. François Hollande a surtout été victime de sa promesse d’inverser la courbe du chômage. Son point fort pour moi est la politique extérieure même si c’est loin d’être parfait. Il lui reste 2 ans pour limiter les dégâts et regagner un peu de confiance aux yeux des Français. Ca va être difficile soyons honnêtes mais pas impossible. On verra bien. En tout cas qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas bonne chance et bon courage à lui.

Le Monde : http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/05/06/francois-hollande-trois-annees-tumultueuses_4628613_823448.html#

Bilan de ses promesses de campagne après 3 ans de mandat : http://www.luipresident.fr/

Everybody knows about John’s ponytail problem – a selection of world headlines.

Scandale de »la queue de cheval » (accusé d’avoir tiré les cheveux d’une serveuse par jeu ou blague dans un café) pour le Premier Ministre John Key en Nouvelle-Zélande.
/
Ponytail gate for Prime Minister John Key in New Zealand.

[Insiders]


When Martyn Bradbury of The Daily Blog pressed ‘enter’ on his exclusive « The Prime Minister and the Waitress » this morning he may not have predicted where it would end up: all over the world.

In less than 24 hours it has become the world’s top trending topic, with the antics of our PM now top news on the British paper The Guardian.

So, without further banter, here is a just a taste of what the world is waking up to:

The Guardian newspaper, UK – most read story on The Guardian worldwide.

FOX News, USA – America’s top conservative network.


One of the world’s most respected broadcasters, the BBC: Currently the second most read story in the world.

Across the ditch – Sydney Morning Herald. Currently Australia’s leading story.


The news Canadians are waking up to:


ABC News, Australia.

UPDATED: 9.30pm-10.00pm


Daily Mail, UK


CNN.


The Independent, UK.


The Telegraph…

View original post 1 mots de plus

Milifandom vs Cameronettes: The weird side of political Twitter

Have I Got News For Youth

Written by Luna Webster

What do you expect to see leading the headlines a fortnight before the general election? Maybe some political scandal or poll predictions, perhaps hopeful MPs visiting hospitals or schools or local businesses. Well, how about hundreds and thousands of teenage girls proclaiming their love for party leaders – in particular, Ed Miliband.

The so called « Milifandom » was started by a Labour Party member called Abby (twcuddleston on twitter). Initially the campaign was to be used to turn Miliband’s media coverage into something a little more positive by posting photos of the opposition leader looking powerful and competent, but it didn’t take too long for Ed to become the political version of Harry Styles.

The Milifandom hashtag is dominating Twitter and even provoked the creation of an opposing fandom; the « Cameronettes ». However, for some reason, Cameron hasn’t quite reached the levels of support Miliband has within…

View original post 96 mots de plus