Taubira démissionne, Urvoas la remplace à la Justice

Christiane Taubira vient d'annoncer sa démission du ministère de la Justice.

La garde des Sceaux a remis mercredi matin sa démission à François Hollande, sur fond de discorde sur la déchéance de nationalité. Le socialiste Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère et président de la Commission des lois de l’Assemblée, a été choisi pour la remplacer.

Source Le Figaro : Taubira démissionne, Urvoas la remplace à la Justice

Publicités

Tennis Open d’Australie 2016, 2e tour résultats / Tennis 2016 Australian Open, 2nd round Results

Résultat match Tsonga Federer Nadal Djokovic 2016, tableau hommes Open Australie 2016, résumé tennis

Open d’Australie 2ème Tour / 2nd Round Thursday : Les résultats de jeudi

Résultats – Results  JEUDI 21 JANVIER 2016 –  Thursday January 21st, 2016

Rod Laver Arena

Ana Ivanovic (SRB, n°20) bat Anastasija Sevastova (LET) : 6-3, 6-3

Garbiñe Muguruza (ESP, n°3) bat Kirsten Flipkens (BEL) : 6-4, 6-2

Andy Murray (GBR, n°2) bat Sam Groth (AUS) : 6-0, 6-4, 6-1

A partir de 9h00 (heure française)

David Ferrer (ESP, n°8) – Lleyton Hewitt (AUS)

Julia Goerges (ALL) – Karolina Pliskova (RTC, n°9)

Margaret Court Arena

Gaël Monfils (FRA, n°23) bat Nicolas Mahut (FRA) : 7-5, 6-4, 6-1

Victoria Azarenka (BLR, n°14) bat Danka Kovinic (MNE) : 6-1, 6-2

Madison Keys (USA, n°15) bat Yaroslava Shvedova (KAZ) : 6-7, 6-3, 6-3

Angelique Kerber (ALL, n°7) bat Alexandra Dulgheru (ROU) : 6-2, 6-4

Bernard Tomic (AUS, n°16) – Simone Bolelli (ITA)

Hisense Arena

John Isner (USA, n°10) bat Marcel Granollers (ESP) : 6-3, 7-6, 7-6

Laura Siegemund (ALL) bat Jelena Jankovic (SRB, n°19) : 3-6, 7-6, 6-4

Pas avant 8h00 (heure française)Radek Stepanek (RTC) – Stan Wawrinka (SUI, n°4)

Court n°2

Naomi Osaka (JAP) bat Elina Svitolina (UKR, n°18) : 6-4, 6-4

Milos Raonic (CAN, n°13) bat Tommy Robredo (ESP) : 7-6, 7-6, 7-5

Shuai Zhang (CHN) bat Alizé Cornet (FRA) : 6-3, 6-3

Jack Sock (USA, n°25) – Lukas Rosol (RTC)

Court n°3

Barbora Strycova (RTC) bat Vania King (USA) : 7-5, 6-4

Dudi Sela (ISR) bat Fernando Verdasco (ESP) : 4-6, 6-3, 6-3, 7-6

Pas avant 7h00 (heure française)

John Millman (AUS) – Gilles Muller (LUX)

Court n°6

Joao Sousa (POR, n°32) bat Santiago Giraldo (COL) : 6-3, 7-5, 3-6, 6-1

Feliciano Lopez (ESP, n°18) bat Guido Pella (ARG) : 7-6, 6-7, 7-6, 6-7, 6-4

Ekaterina Makarova (RUS, n°21) bat Tatjana Maria (ALL) : 6-4, 6-2

Annika Beck (ALL) – Timea Bacsinszky (SUI, n°11)

Court n°8

Johanna Konta (GBR) bat Saisai Zheng (CHN) : 6-2, 6-3

Denisa Allertova (RTC) bat Sabine Lisicki (ALL, n°30) : 6-3, 2-6, 6-4

Viktor Troicki (SRB, n°21) bat Tim Smyczek (USA) : 6-4, 7-6, 7-6

Andrey Kuznetsov (RUS) – Jérémy Chardy (FRA, n°30)

Court n°13

Madison Brengle (USA) bat Johanna Larsson (SUE) : 7-5, 4-6, 6-1

Steve Johnson (USA, n°31) bat Thomaz Bellucci (BRE) : 6-3, 6-2, 6-2

Court n°19

Varvara Lepchenko (USA) bat Lara Arruabarrena (ESP) : 7-6, 6-4

Stéphane Robert (FRA) bat Rajeev Ram (USA) : 6-1, 6-7, 4-6, 7-5, 7-5

 

Open d’Australie 2ème Tour / 2nd Round Wednesday : Les résultats de mercredi

Résultats – Results  MERCREDI 20 JANVIER 2016 – Wednesday January 20th, 2016

Rod Laver Arena

Maria Sharapova (RUS, n °5) bat Aliaksandra Sasnovich (BLR) : 6-2, 6-1

Serena Williams (USA, n°1) bat Su-Wei Hsieh (TPE) : 6-1, 6-2

Roger Federer (SUI, n°3) bat Alexandr Dolgopolov (UKR) : 6-3, 7-5, 6-1

Agnieszka Radwanska (POL, n°4) bat Eugenie Bouchard (CAN) : 6-4, 6-2

Novak Djokovic (SRB, n°1) bat Quentin Halys (FRA) : 6-1, 6-2, 7-6

Margaret Court Arena

Kei Nishikori (JAP, n°7) bat Austin Krajicek (USA) : 6-3, 7-6, 6-3

Belinda Bencic (SUI, n°12) bat Timea Babos (HUN) : 6-3, 6-3

Carla Suárez Navarro (ESP, n°10) bat Maria Sakkari (GRE) : 6-7, 6-2, 6-2

Jo-Wilfried Tsonga (FRA, n°9) bat Omar Jasika (AUS) : 7-5, 6-1, 6-4

Daria Gavrilova (AUS) bat Petra Kvitova (RTC, n°6) : 6-4, 6-4

Hisense Arena

Kateryna Bondarenko (UKR) bat Svetlana Kuznetsova (RUS, n°23) : 6-1, 7-5

Roberta Vinci (ITA, n°13) bat Irina Falconi (USA) : 6-2, 6-3

Tomas Berdych (RTC, n°6) bat Mirza Basic (BIH) : 6-4, 6-0, 6-3

Nick Kyrgios (AUS, n°29) bat Pablo Cuevas (URU) : 6-4, 7-5, 7-6

Court n°2

David Goffin (BEL, n°15) bat Damir Dzumhur (BIH) : 6-4, 0-6, 6-4, 6-2

Marin Cilic (CRO, n°12) bat Albert Ramos-Vinolas (ESP) : 6-4, 6-3, 7-6

Yulia Putintseva (KAZ) bat Xinyun Han (CHN) : 6-3, 6-1

Andreas Seppi (ITA, n°28) bat Denis Kudla (USA) : 7-5, 6-4, 6-4

Court n°3

Lauren Davis (USA) bat Magdalena Rybarikova (SLQ) : 7-6 WO (Walk Over) , abandon

Gilles Simon (FRA, n°14) bat Evgeny Donskoy (RUS) : 6-3, 5-7, 7-6, 4-6, 7-5

Elizaveta Kulichkova (RUS) bat Monica Niculescu (ROU) : 6-4, 2-6, 6-4

Court n°5

Margarita Gasparyan (RUS) bat Kurumi Nara (JAP) : 6-4, 6-4

Court n°6

Anna-Lena Friedsam (ALL) bat Qiang Wang (CHN) : 6-3, 6-4

Dominic Thiem (AUT, n°19) bat Nicolas Almagro (ESP) : 6-3, 6-1, 6-3

Grigor Dimitrov (BUL, n°27) bat Marco Trungelliti (ARG) : 6-3, 4-6, 6-2, 7-5

Kristina Mladenovic (FRA, n°28) bat Nicole Gibbs (USA) : 6-1, 7-6

Court n°8

Federico Delbonis (ARG) bat Renzo Olivo (ARG) : 7-6, 3-6, 6-7, 7-5, 6-2

Guillermo Garcia-Lopez (ESP, n°26) bat Daniel Brands (ALL) : 4-6, 6-1, 7-6, 6-3

Monica Puig (PUR) bat Kristyna Pliskova (RTC) : 4-6, 7-6, 9-7

Court n°13

Daria Kasatkina (RUS) bat Ana Konjuh (CRO) : 6-4, 6-3

Roberto Bautista Agut (ESP, n°24) bat Dusan Lajovic (SRB) : 4-6, 6-2, 4-6, 6-2, 6-1

Pierre-Hugues Herbert (FRA) bat Noah Rubin (USA) : 6-3, 6-4, 6-0

Not Pluto: Scientists say they have ‘good evidence’ for a ninth planet in the solar system

Ninth planet may have been discovered, researchers say


But its presence there would explain a number of mysterious features of the field of icy objects and debris beyond Neptune called the Kuiper Belt, they wrote in their paper published in the current issue of the Astronomical Journal.

No sooner had we got used to the idea of there being only eight planets in our solar system, after Pluto was demoted to « dwarf » status, astronomers have gone and found a new hidden planet that’s at least 10 times more massive than Earth.

Researchers at the California Institute of Technology have found evidence in the outer solar system of an object that could be a real ninth planet.

Archbishop to lead task force on Anglican communion riftWelby set a news conference back in Friday in Canterbury to elaborate more why the leaders arrived in such sanction . Ordained Anglicans within the Church of England have taken to Twitter to proclaim their dismay at the result.

« We realized that most of these objects beyond Neptune and beyond Pluto, they all go around the sun and they’re all sort of pointing off in different directions », said Brown.

Brown and Batygin at first reacted skeptically that they’d discovered a planet, but over time it became clear the existence of a ninth planet was the only logical explanation for such singular orbits. « What we have found is a gravitational signature of Planet 9 lurking in the outskirts of the solar system ». Clearing the neighborhood around the orbit means that the planet must be gravitationally dominant in its orbit, without any other bodies of comparable size other than its own satellites or those otherwise under its gravitational influence. In 1905, Percival Lowell predicted a Planet X existed beyond Neptune; his calculations actually led to the discovery of Pluto, which was too small to be what Lowell suspected. The researchers cite how KBOs – Kuiper Belt Objects, that is – move about, indicating something big like Planet Nine may exist. Brown and astronomer Konstantin Batygin, also at Caltech, initially were sceptical that such a large planet would have eluded detection. « We know the orbit, but we don’t know where in the orbit it is ».

At such distances, the planet could be impossible to spot – even with the two huge telescopes that are now looking for it. So little light is sent back from that far away that it might never make it back for us to see.

Xi wraps up historic visit to Saudi Arabia, steps up energy cooperationSaudi King Salman bin Abdulaziz also held discussions with Xi Jinping focussing on developing cooperation to counter terrorism. Under the MoU, the two countries will cooperate in building a nuclear reactor with a high-temperature coolant gas.

They estimate that this yet-to-be-observed planet is anywhere from five to 10 times larger than Earth, which would make it the fifth largest planet in the solar system.

The object, nicknamed Planet Nine, orbits about 20 times farther from the Sun on average than Neptune.

The researchers hope the announcement may inspire people to start searching the skies for Planet Nine.

A Dark Souls comic series is coming this April, praise the sunThe writer also claims to be a big fan of the video games, which should reassure fans who are curious about the title’s quality. Sensible; the canonical story of Dark Souls , as far as I’m concerned, includes about 400 pages of being beaten up by one boss.

In the video below, Batygin and Mike Brown discuss their findings.

Source: Ninth planet may have been discovered, researchers say

Not Pluto: Scientists say they have ‘good evidence’ for a ninth planet in the solar system


Cape Canaveral: Scientists reported on Wednesday they finally have « good evidence » for Planet X, a true ninth planet on the fringes of our solar system.

The gas giant is thought to be almost as big as Neptune and orbiting billions of miles beyond Neptune’s path, distant enough to take 10,000 to 20,000 years to circle the sun.

This Planet 9, as the two California Institute of Technology researchers call it, hasn’t been spotted yet. They base their findings on mathematical and computer modelling, and anticipate its discovery via telescope within five years or less.
This artist’s concept illustration courtesy of Caltech/Robert Hurt shows a distant view from Planet Nine back towards the sun. AFPThis artist's concept illustration courtesy of Caltech/Robert Hurt shows a distant view from Planet Nine back towards the sun. AFP

The two reported on their research on Wednesday in the Astronomical Journal because they want people to help them look for it.

« We could have stayed quiet and quietly spent the next five years searching the skies ourselves and hoping to find it. But I would rather somebody find it sooner, than me find it later, » astronomer Mike Brown told The Associated Press.

« I want to see it. I want to see what it looks like. I want to understand where it is, and I think this will help. »

Once it’s detected, Brown insists there will be no Pluto-style planetary debate. Brown ought to know; he’s the so-called Pluto killer who helped lead the charge against Pluto’s planetary status in 2006. (It’s now officially considered a dwarf planet.)

His colleague in this latest Planet 9 report, also from Caltech in Pasadena, is planetary scientist Konstantin Batygin.

« For the first time in more than 150 years, there’s good evidence that the planetary census of the solar system is incomplete, » Batygin said, referring to Neptune’s discovery as Planet 8.

The two based their findings on the fact that six objects in the icy Kuiper Belt, or Twilight Zone on the far reaches of the solar system, appear to be influenced by only one thing: a real planet.

Brown actually discovered one of these six objects more than a decade ago, Sedna, a large minor planet way out there on the solar system frontier.

« This is a prediction. What we have found is a gravitational signature of Planet 9 lurking in the outskirts of the solar system,’ Batygin said. « We have not found the object itself, » he stressed, adding that the actual discovery when it happens will be « era-defining. »

Added Brown: « We have felt a great disturbance in the force. » Depending on where this Planet 9 is in its egg-shaped orbit, a space telescope may be needed to confirm its presence, the researchers said.

Or good backyard telescopes may spot it, they noted, if the planet is relatively closer to us in its swing around the sun. It’s an estimated 20 billion to 100 billion miles from us.

Associated Press

Source: Not Pluto: Scientists say they have ‘good evidence’ for a ninth planet in the solar system

Affaire UBS : le fisc français découvre 38 000 comptes cachés en Suisse

La banque UBS est suspectée d'avoir incité des clients français à dissimuler de l'argent en Suisse.
La banque UBS est suspectée d’avoir incité des clients français à dissimuler de l’argent en Suisse. (AFP/Fabrice Coffrini.)

Plus de 12 milliards d’euros d’avoirs qui ont échappé au fisc français. C’est ce que les limiers de la Direction nationale des enquêtes fiscales (DNEF) viennent de découvrir, selon les informations de l’hebdomadaire Le Point.

Cette cellule d’élite de Bercy a mis la main sur 38 000 numéros de comptes logés chez UBS, en Suisse. Ces identifiants à six chiffres étaient tous suivis du numéro 111. Un code qui renvoie à la nationalité française des titulaires.

Au total, ces milliards correspondent à des sommes placées en 2008. Tous les déposants n’affichaient pas des soldes faramineux. La moitié des comptes abritaient des dépôts inférieurs à 1000€. Mais, selon Le Point, les cent plus gros concentrent à eux seuls 1 milliard d’euros. Un compte engrange à lui seul 60 millions d’euros. Un autre fichier concernant l’année 2006 répertorie 33 000 comptes de ressortissants français chez UBS. Les avoirs représentent cette fois 15,2 milliards d’euros avec un record à 79,4 millions d’euros chez un seul client.

Les enquêteurs français de Bercy ont bénéficié d’un sérieux coup de main de leurs homologues allemands. Ce sont ces derniers qui ont exhumé ces listings en perquisitionnant les locaux d’UBS outre-Rhin.

Un système d’évasion fiscale pour les client français

Moins que la perspective d’un redressement fiscal, c’est surtout l’intérêt judiciaire de ces pièces qui suscite un certain enthousiasme côté français. La DNEF a immédiatement transmis les données à la justice pour étayer une enquête menée depuis 2012. Les magistrats cherchent à prouver qu’UBS a organisé un système d’évasion fiscale pour ses client français.

Les juges Guillaume Daïeff et Serge Tournaire viennent de boucler un dossier ouvert lorsque des lanceurs d’alerte ont permis de découvrir «les carnets du lait». Un responsable qui encadrait les commerciaux d’UBS avait ainsi baptisé sa comptabilité qui lui permettait de calculer les rémunérations des commerciaux en France. Une référence presque humoristique au registre manuscrit des éleveurs suisses. Le document laisse à penser qu’UBS démarchait des clients français et que les commerciaux étaient incités à orienter les plus riches vers la Suisse. Une pratique interdite.

Les dernières découvertes de la DNEF viennent aujourd’hui conforter la thèse des magistrats. Les montants relevés dans les listings mis au jour par la cellule de Bercy — 12 à 15 milliards d’euros — concordent en effet avec les évaluations établies par les magistrats — 12,2 milliards d’euros — à partir des déclarations d’anciens salariés de la banque.

Une caution à 1,1 milliard d’euros

Après avoir été mise en examen en juin 2013 pour «démarchage illicite», l’UBS a été mise en examen par les juges Serge Tournaire et Guillaume Daïeff à l’été 2014 pour blanchiment aggravé de fraude fiscale sur la période 2004-2012. Les juges avaient alors fixé la caution à 1,1 milliard d’euros, une somme record et contestée en vain par la banque suisse devant la cour d’appel de Paris puis la Cour de cassation.

Les juges s’apprêtent désormais à remettre au parquet national financier l’acte de renvoi de la banque suisse et de sa filiale française devant le tribunal correctionnel.

«Depuis 2014, il n’y a plus de comptes irréguliers chez UBS Suisse. Tous les noms sont donc théoriquement connus du fisc», s’est défendu Jean-Frédéric De Leusse, président d’UBS France.

La régularisation rapporte gros à Bercy

Il est toujours temps de faire amende honorable. Depuis 2013, un Service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) permet aux évadés fiscaux de régulariser leur situation. Pas de cadeaux cependant. Les contribuables qui viennent se signaler payent leur dû, pénalités comprises. Depuis la mise en place du STDR, pas moins de 45 000 contribuables ont demandé à régulariser leur situation.

Le Trésor public devrait percevoir 2,65 milliards d’euros de droits et de pénalités en 2015, contre 1,7 milliard initialement budgétisé. Pour 2016, le gouvernement table sur 2,4 milliards récupérés par le STDR. En 2014, cette recette se chiffrait à près de 2 milliards d’euros.

Les contribuables concernés savent «que, s’ils ne viennent pas maintenant, demain ça sera plus dur», juge Michel Sapin, le ministre des Finances. Estimant que la coopération avec la Suisse, notamment, porte ses fruits, il pronostique que «le secret fiscal, dans trois-quatre ans, c’est terminé». Selon Bercy, 85% des comptes régularisés en 2015 étaient domiciliés en Suisse.

Les évadés fiscaux ne doivent pas rêver de souplesse de la part de Bercy. Le dispositif d’aujourd’hui ne ressemble en rien à la cellule de régularisation ad hoc mise en place par Eric Woerth en 2009. Elle avait vu défiler 4725 personnes. A l’époque, un « repenti » avait certaines garanties. Aujourd’hui, la tendance n’est pas à la clémence.

Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84

Grazie maestro… Riposare in pace, Paix à son âme, Rest in Peace, RIP #EttoreScola #UnaGiornataParticolare #UneJournéeParticulière #abbiamoCosìAmato #NousNousSommesTantAimés #RIP

Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84


Ettore Scola has died at 84. His work includes A Special Day, a 1977 film featuring Marcello Mastroianni and Sophia Loren. Photograph: Antonio Calanni/AP

The film director Ettore Scola, a leading figure in Italian cinema for more than three decades, has died at the age of 84.

Scola’s work included A Special Day, a 1977 Golden Globe-winning and Oscar-nominated movie featuring Marcello Mastroianni as a persecuted radio journalist and Sophia Loren as a sentimental housewife, meeting against a backdrop of rising fascism in 1930s Italy.

He also wrote and directed We All Loved Each Other So Much, a 1974 comedy-drama about the postwar lives of three partisans fighting for the liberation of Italy. The film won the Golden prize at the ninth Moscow international film festival in 1975. The following year he won best director at the Cannes film festival for The Good, Bad and Ugly.

Related: The film that changed my life: Daniel Auteuil

Scola died on Tuesday in Rome’s polyclinic, where he had been in a coma since Sunday after being admitted to the hospital’s cardiac surgery unit, press reports said.

The Italian prime minister, Matteo Renzi, paid tribute to Scola, saying he was a “master” of the screen “with an ability that was as incredible as it was razor-sharp in reading Italy, its society and the changes it went through”.

On Twitter, Renzi wrote that his death “leaves a huge void in Italian culture”.

Dario Franceschini, the Italian minister of culture and tourism, tweeted: “A great teacher, an amazing man, young until the last day of his life.”

The French film and television actor Frédérique Bel shared an image of Loren and Mastroianni in A Special Day.

After entering the movie industry as a screenwriter in 1953, Scola got his first chance as director in 1964 with Let’s Talk About Women, an innovative work of nine vignettes in which Vittorio Gassman plays different characters who seduce women.

He directed 41 films over nearly 40 years, according to the Internet Movie Database.

Paolo Mereghetti, the Corriere della Sera’s cinema critic, said Scola had been a distinctive “political” voice in Italy’s postwar cinema.

A former member of the Italian Communist party, Scola even became minister of culture in a “shadow” cabinet set up by party leaders in 1989.

“He understood where Italy was going, and few cinema directors have that insight,” Mereghetti told the television channel Sky TG24.

Source: Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84

Italian film director Ettore Scola dies at 84


ROME: Film director Ettore Scola, a leading figure in Italian cinema for more than three decades, died on Tuesday at the age of 84, local media reported.Scola’s work included « A Special Day, » a 1977 Oscar-nominated movie featuring Marcello Mastroianni as a persecuted radio journalist and Sophia Loren as a sentimental housewife, meeting against a backdrop of rising fascism in 1930s Italy.

Italian film director Ettore Scola dies at 84

Ettore Scola with Margaretha von Trotta on April 29, 1987 (Image: AP)

He also wrote and directed « We All Loved Each Other So Much, » a 1974 comedy-drama about the post-war lives of three partisans fighting for the liberation of Italy.

Scola died in Rome’s polyclinic, where he had been in a coma since Sunday after being admitted to the hospital’s cardiac surgery unit, press reports said.

Italian Prime Minister Matteo Renzi paid tribute to Scola, saying he was a « master » of the screen, « with an ability that was as incredible as it was razor-sharp in reading Italy, its society and the changes it went through. »Italian film director Ettore Scola dies at 84

Ettore Scola at the 35th Cannes film festival (Image: AP)

After entering the movie industry as a screenwriter in 1953, Scola got his first chance as director in 1964 with « Let’s Talk About Women » — an innovative work of nine vignettes in which Vittorio Gassman plays different characters who seduce women.

He directed 41 films over nearly 40 years, according to the Internet movie database, IMDb.

Paolo Mereghetti, the Corriera della Sera daily’s cinema critic, said Scola was a distinctive « political » voice in Italy’s postwar cinema.

A former member of the Italian Communist Party, Scola even became minister of culture in a « shadow » cabinet set up by party leaders in 1989.Scola even became minister of culture in a « shadow » cabinet set up by party leaders in 1989.

« He understood where Italy was going, and few cinema directors have that insight, » Mereghetti told the television channel Sky.

Source: Italian film director Ettore Scola dies at 84

Ettore Scola, Italian Film Director, Dies at 84


Ettore Scola

Ettore Scola, Italian Film Director, Dies at 84

Italian Director Ettore Scola died today in Rome at the age of 84.

He had been in a coma since Sunday after being admitted to the cardiac surgery unit of a hospital in Rome, according to the reports.

Mr Scola’s work included A Special Day, a 1977 Oscar-nominated movie featuring Marcello Mastroianni as a persecuted radio journalist and Sophia Loren as a sentimental housewife, meeting against the backdrop of rising fascism in Italy of the 1930s.

« We All Loved Each Other So Much (C’eravamo tanto amati), was a wide fresco of post-World War II Italian life and politics, and dedicated to fellow director Vittorio De Sica ».

Italian premier Matteo Renzi said Scola had an incomparable way of reading Italian society and that his death « leaves an enormous hole in Italian culture ».

Scola directed 41 films and wrote the screenplay for nearly 90 movies. He was named Best Director by the Cannes Film Festival in 1974 and served on the festival’s jury in 1988.

The scene where the two actors move between sheets drying in the sun on the terrace of the apartment block where they are staying is one of the most handsome scenes in Italian cinema, film critic Francesco Castelnuovo said.

L’écrivain Michel Tournier, auteur du « Roi des aulnes » et de « Vendredi ou la vie sauvage », est mort à l’âge de 91 ans

L’écrivain Michel Tournier est mort à l’âge de 91 ans
Le Monde |

Il ne pensait pas grand bien de la vieillesse, se plaignait de s’ennuyer et de ne plus pouvoir voyager à ceux qui venaient lui rendre visite dans sa retraite de la vallée de Chevreuse, le presbytère de Choisel où il s’était installé il y a plus d’un demi-siècle. Venu tardivement à l’écriture – il avait 42 ans lors de la parution de son premier roman –, Michel Tournier avait cessé de publier des fictions au mitan des années 1990. Il laisse derrière lui une œuvre saluée, dès ses prémices, pour son importance, sa capacité à mêler les mythes et l’Histoire, le prosaïque et la transcendance, mais numériquement peu conséquente, au regard de sa longévité – neuf romans pour adultes et enfants, une poignée de recueils de contes et nouvelles, quelques essais ; au printemps 2015, Gallimard avait fait paraître Lettres parlées à son ami allemand Hellmut Waler, 1967-1998. Régulièrement cité pour le prix Nobel de littérature, Michel Tournier est mort le 18 janvier chez lui, à Choisel, entouré de ses proches, a précisé son filleul, Laurent Feliculis, que l’écrivain considérait comme son fils adoptif. Il avait 91 ans.
Né en 1924 dans une famille de germanistes – son père a abandonné l’enseignement de l’allemand pour se lancer dans le commerce –, Michel Tournier se destine à la philosophie, qu’il étudie, au lendemain de la seconde guerre mondiale, à l’Université de Tübingen. Rentré en France après avoir obtenu sa licence, cet admirateur de Kant, dont il se targuera toute sa vie d’être l’un des rares propriétaires de l’œuvre intégrale en allemand, et de Jean-Paul Sartre, son « père spirituel », renonce à ses projets après avoir échoué à l’agrégation à deux reprises. Il répétera souvent qu’il n’aurait pas écrit s’il avait été reçu à cet examen.

« Vendredi ou la vie sauvage » et « Le Roi des aulnes »
Ami de Gilles Deleuze, Roger Nimier ou Pierre Boulez, il commence à travailler pour la Radio-diffusion télévision française, puis Europe 1, avant d’entrer comme lecteur et traducteur de l’allemand (notamment d’Erich Maria Remarque) chez Plon. Au début des années 1960, ce passionné de photographie présente l’émission télévisuelle « Chambre noire ». En 1970, il sera à l’origine des Rencontres d’Arles, premier festival mondial consacré à cet art.

Entre temps, il a fait une entrée extrêmement remarquée sur la scène littéraire, en publiant chez Gallimard (qui publiera l’essentiel de son œuvre) Vendredi ou les Limbes du Pacifique (1970), le premier roman de sa production qu’il ait estimé digne d’être présenté à un éditeur. Le succès, public et critique, est immédiat, pour cette relecture rousseauiste du mythe de Robinson, qui obtient le Grand Prix de l’Académie française. En 1971, il réécrit pour les enfants ce premier roman, sous la forme de Vendredi ou la vie sauvage. Etudié dans les classes, vendu par millions d’exemplaires, celui-ci restera la « rente » et le « livre-fétiche », comme il le disait, de celui qui ne conçoit pas d’écrire pour n’être pas lu.

Trois ans après Vendredi paraît Le Roi des aulnes, qui vaut à son auteur le Prix Goncourt, attribué à l’unanimité. Ce roman emprunte son titre à un célèbre poème de Goethe et raconte l’histoire d’Abel Tiffauges, français emprisonné en Allemagne à la suite de la drôle de guerre, qui, après avoir croisé Göring, finira par devenir « l’ogre de la forteresse de Kaltenbom » recrutant de force des enfants destinés à périr dans la défense de cette forteresse lors de l’invasion soviétique. Si ce texte démontre la grande connaissance que possède Tournier de la civilisation germanique, il déploie toute la limpidité de son écriture pour conjuguer réalisme et magie, ou plutôt une forme de surnaturel : son grand modèle littéraire est le Trois contes de Flaubert. Avec ce deuxième roman, l’écrivain indique aussi la place prépondérante que tiendra l’exploration des figures célèbres et des personnages légendaires dans son œuvre. A l’ogre de Kaltenbom répondra ainsi en 1978 celui, « hippie », du Coq de Bruyère. En 1975, Les Météores, le troisième grand roman de Michel Tournier achève de prouver cette fascination pour les mythes : il y explore celui de Castor et Pollux à travers des personnages gémeaux. La place qu’y tiennent les ordures ménagères témoigne, elle, de l’intérêt de Tournier pour ce qu’il désigne comme une « esthétique du merveilleux sordide » – sachant qu’il ne dédaigne pas une pointe de scatologie, si elle se mêle de philosophie, comme c’était le cas dans Vendredi et Le Roi des aulnes.

Lauréat puis membre du jury du prix Goncourt
Ses trois premiers romans resteront, de l’avis général, les grandes œuvres de Michel Tournier. Il est devenu un personnage incontournable de la vie littéraire, même s’il vit, retiré, à Choisel, pour en éviter la plupart des tentations. Depuis 1973, il fait partie du jury du prix Goncourt. Ses livres continuent d’être accueillis comme des événements. Ainsi des nouvelles du Coq de Bruyère (1978) ou de son quatrième roman, Gaspard, Melchior et Balthazar (1980), sur les rois mages, où il montre le visage, nouveau, d’un mystique. Ainsi, encore de Gilles et Jeanne (1983), dans lequel il se penche sur les personnages de la Pucelle et de Gilles de Rai, son maréchal devenu ogre. En 1985, La Goutte d’or lui permet d’évoquer sa passion de la photographie à travers le parcours d’un jeune berbère, qu’un cliché pris par une touriste a dépossédé de son image, et qui part à la recherche de cette femme, ce qui lui fera connaître le racisme en France.

Dans les années 1980 et 1990, Michel Tournier est devenu à ce point central dans la littérature française que François Mitterrand vient, à quatre reprises, lui rendre visite dans son abbaye au cours de ses deux mandats. Installé à Choisel mais peu porté sur le mythe de l’écrivain retiré dans sa tour d’ivoire, il s’exprime beaucoup dans les médias, français et étrangers, ne dédaignant pas faire assaut de propos provocateurs ou choquants. En 1989, ce célibataire enthousiaste déclare au journal Newsweek : « Les avorteurs sont les fils et les petits fils des monstres d’Auschwitz. Je voudrais rétablir la peine de mort pour ces gens là » – il justifie plus tard ces propos, qu’il ne renie pas, par un dégoût « viscéral » pour l’interruption volontaire de grossesse. En 1996, il affirme que la loi Gayssot, qui qualifie de délit la contestation de crime contre l’humanité, transforme « un fait historique en un article de foi dont la négation devient un blasphème » – sa phrase établissant un parallèle entre la Shoah et le dogme de l’Immaculée Conception.

Ses camarades de l’académie Goncourt le défendent toujours, et il est un pilier de la vie littéraire. Ses livres, nouvelles, romans, essais, sont publiés et traduits dans le monde entier, tandis que lui, fier d’être devenu un « auteur scolaire » passe une grande partie de son temps dans les écoles, à expliquer son œuvre et communiquer le plaisir de la lecture aux enfants. Même s’il écrit, lui, de moins en moins.

En 2009, il décide de quitter l’Académie Goncourt, à cause de son âge, de la fatigue et de son manque d’appétit – nécessaire pour les agapes délibératives chez Rouant. Apparaissant éternellement coiffé, ces dernières années, d’un petit bonnet de laine, cet ancien amoureux des voyages (notamment en Afrique subsaharienne et au Canada) se dira jusqu’au bout satisfait de l’existence qu’il a menée. En 2002, l’amateur de « vrai roman » allergique à l’évocation de l’intime, avait fait paraître un Journal Extime, dans lequel il écrivait : « Une idée pour le paradis : après ma mort, je suis placé devant un panorama où toute ma vie est étalée dans les moindres épisodes. Libre à moi de revenir sur celui-ci ou celui-là et de le revivre (…) C’est que je suis dévoré de nostalgie et de regret en me souvenant de scènes de ma vie auxquelles je n’ai pas accordé l’attention qu’elles méritaient. »

Michel Tournier en 7 dates
19 décembre 1924 : naissance à Paris1945-1949 : études de philosophie à l’Univesité de Tübingen, où il rencontre Gilles Deleuze1967 : Vendredi reçoit le Grand prix du Roman de l’Académie1970 : Prix Goncourt pour Le roi des aulnes. Michel Tournier devient membre de l’académie Goncourt deux ans plus tard1975 : Les météores1985 : La Goutte d’or2009 : démission de l’académie Goncourt

Source: L’écrivain Michel Tournier est mort à l’âge de 91 ans

L’écrivain Michel Tournier, auteur du « Roi des aulnes » et de « Vendredi ou la vie sauvage », est mort à l’âge de 91 ans
Par Francetv info avec AFP

L’écrivain de 91 ans s’est éteint à son domicile de Choisel (Yvelines). Michel Tournier, l’un des grands auteurs français de la seconde moitié du 20e siècle, Prix Goncourt pour Le roi des aulnes en 1970, est mort entouré de ses proches, a annoncé son filleul, Laurent Feliculis, que l’écrivain considérait comme son fils adoptif. « Il est décédé à 19 heures ce soir », a-t-il précisé.

Son décès a également été confirmé par le premier adjoint au maire de Choisel, Frédéric Julhes.

Ancien enseignanant devenu romancier reconnu, il écrivait également pour la jeunesse avec des œuvres comme Vendredi ou les limbes du Pacifique (1967), son premier roman, publié à l’âge de 42 ans, ainsi que Vendredi ou la Vie sauvage (1971). Les deux œuvre, inspirées du livre Robinson Crusoé, ont marqué plusieurs générations d’écoliers.

Dans Les Météores (1975), il réinterprétait le mythe de Castor et Pollux. Cinq ans plus tards, il se penchait sur l’histoire des rois mages ,dans Gaspard, Melchior & Balthazar. Lui qui aimait réinterpréter les mythe s’est également attaqué à Barbe-Bleue et à Gilles de Rais dans Gilles et Jeanne (1983).

Il avait également écrit de nombreux contes et nouvelles, ainsi que des essais. Sa dernière publication, Je m’avance masqué, constituée d’entretiens avec le journaliste et romancier Michel Martin-Roland, était parue en 2011.

Sur le même sujet A lire sur
Source: L’écrivain Michel Tournier, auteur du « Roi des aulnes » et de « Vendredi ou la vie sauvage », est mort à l’âge de 91 ans

Décès de l’écrivain Michel Tournier, Prix Goncourt en 1970
L’écrivain Michel Tournier, l’un des grands auteurs français de la seconde moitié du XXe siècle, Prix Goncourt pour Le roi des Aulne en 1970, est décédé lundi à l’âge de 91 ans, chez lui à Choisel, ont indiqué ses proches et la mairie de cette commune des Yvelines.

« Il est décédé à 19 heures ce soir », entouré de ses proches, a précisé son filleul, Laurent Feliculis, que l’écrivain considérait comme son fils adoptif.

Son décès a également été confirmé par le premier adjoint au maire de Choisel, Frédéric Julhes. L’écrivain habitait depuis plus d’un demi-siècle dans l’ancien presbytère du village.

Un fonds consacré à Michel Tournier a été créé en 1996 à la bibliothèque universitaire d’Angers. Il rassemble la somme la plus riche de documents, livres, traductions, articles, mémoires, portant sur l’écrivain.

Source: Décès de l’écrivain Michel Tournier, Prix Goncourt en 1970

C’est mon anniversaire ce 10 janvier ! / It’s my Birthday this January 10th !

C’est mon anniversaire ce 10 janvier ! / It’s my Birthday this January 10th !

Juste pour vous dire que c’est mon anniversaire aujourd’hui en ce 10 janvier !!!
/
Just to let you know that today January 10th is my Birthday !!!