Rob Delaney Honors ‘Brilliant’ TV Mom Carrie Fisher — and Shares the Many Reasons Why He ‘Revered’ Her — PEOPLE.com

For Catastrophe co-creator and star Rob Delaney, the real-life Carrie Fisher lived up to the hype — and then some. In an essay published by The Guardian on Wednesday, Delaney, 39, pays tribute to the late iconic actress, who played his “card-carrying sadist” mother on the British black comedy. “Like you, I was a fan…

via Rob Delaney Honors ‘Brilliant’ TV Mom Carrie Fisher — and Shares the Many Reasons Why He ‘Revered’ Her — PEOPLE.com

César 2016 : le palmarès complet

AFFICHE OFFICIELLE 2016.indd

Césars 2016 : le palmarès complet

Le Festival de Cannes 2015 est très largement représenté parmi les lauréats, avec une majorité de prix remis à des films révélés dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs. Si Philippe Faucon a raté la nomination comme meilleur réalisateur, cela ne l’a pas empêché de recevoir un très mérité César du meilleur long-métrage, auxquels s’ajoutent les trophées de l’adaptation et de l’espoir féminin pour Zita Hanrot. Il est le onzième à faire le doublé avec le Prix Louis-Delluc. Quatre César encore pour Mustang de Deniz Gamze Egüven ; premier film, scénario (co-écrit avec Alice Winocour, réalisatrice de Maryland, absent des citations), musique et montage. Premier César, enfin, pour Arnaud Desplechin après onze citations non transformées avant la cérémonie de ce soir, récompensé du prestigieux prix du meilleur réalisateur, seul prix pour Trois souvenirs de ma jeunesse malgré onze nominations. Au total, sept films de la Quinzaine avaient obtenu des citations, dont un court-métrage.

La sélection officielle n’est pas oubliée via Vincent Lindon, enfin primé pour dans La Loi du marché (5 défaites avant la victoire, tout comme Leonardo di Caprio aux prochains oscars :)après le prix à Cannes et via le film d’ouverture La Tête haute d’Emmanuelle Bercot, récompensé à deux reprises pour ses acteurs, le débutant Rod Paradot et Benoît Magimel qui surprend en battant l’ultra favori Michel Fau pour Marguerite, primé tout de même quatre fois (comme Mustang) avec le deuxième César de Catherine Frot, près de quinze ans après le premier en second rôle et les prix techniques attendus (décors, costumes, son). Les deux films primés dans la case animation sont, côté longs, l’immonde Le Petit Prince révélé hors-compétition et côté courts, Le Repas dominical, en lice pour la Palme d’or. Enfin, belle surprise, méritée, avec le seul autre prix pour un film de la compétition long-métrage attribué à Christophe Offenstein pour Valley of Love de Guillaume Nicloux.

César du meilleur espoir féminin pour Je vais bien, ne t’en fais pas, Mélanie Laurent est à nouveau récompensée pour son documentaire écolo et citoyen, Demain. Alejandro Gonzalez Inarritu est primé pour la première fois avec Birdman, oscar du meilleur film l’an dernier. Et The Revenant l’an prochain ?

Aucune récompense pour Dheepan (oh, dommage…), marquant la première fois depuis Un héros très discret qu’un film de Jacques Audiard repart totalement bredouille. Un seul autre film nominé dans la catégorie du meilleur film n’obtient aucun César : Mon Roi de Maïwenn, lui aussi présentéen compétition à Cannes. La danoise Sidse Babett Knudsen succède à l’américaine Kirsten Stewart dans la catégorie du second rôle, espérons que cela nous permettra de la revoir régulièrement dans des productions françaises. Enfin, jolie surprise dans la catégorie de la photo avec la victoire de Christophe Offenstein (co-réalisateur au passage de Comment c’est loin avec Orelsan) pour Valley of love, d’autant plus ianttendue que le film n’était autrement nommé que pour son duo de vedettes Depardieu/Huppert.

Palmarès complet :

  • Meilleur film : Fatima de Philippe Faucon
  • Meilleur réalisateur : Arnaud Desplechin pour Trois souvenirs de ma jeunesse
  • Meilleure actrice : Catherine Frot dans Marguerite
  • Meilleur acteur : Vincent Lindon dans La Loi du marché
  • Meilleure actrice dans un second rôle : Sidse Babett Knudsen dans L’Hermine
  • Meilleur acteur dans un second rôle : Benoît Magimel dans La Tête haute
  • Meilleur scénario original : Mustang – Deniz Gamze Ergüven et Alice Winocour
  • Meilleure adaptation : Fatima – Philippe Faucon, d’après Prière à la lune de Fatima Elayoubi
  • Meilleur film étranger : Birdman d’Alejandro Gonzalez Inarritu (Etats-Unis)
  • Meilleur documentaire : Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent
  • Meilleur premier film : Mustang de Deniz Gamze Ergüven
  • Meilleur long-métrage d’animation : Le Petit Prince de Mark Osborne
  • Meilleur espoir féminin : Zita Hanrot dans Fatima
  • Meilleur espoir masculin : Rod Paradot dans La Tête haute
  • Meilleure musique : Mustang – Warren Ellis
  • Meilleure photo : Valley of Love – Christophe Offenstein
  • Meilleur montage : Mustang – Mathilde Van De Moortel
  • Meilleurs décors : Marguerite – Martin Kurel
  • Meilleurs costumes : Marguerite – Pierre-Jean Larroque
  • Meilleur son : Marguerite – François Musy et Gabriel Hafner
  • Meilleur court-métrage : La Contre-allée de Cécile Ducrocq
  • Meilleur court-métrage d’animation : Le Repas dominical de Céline Devaux

César d’honneur : Michael Douglas

Source: César 2016 : le palmarès complet

BAFTA 2016 : le palmarès complet de la cérémonie

Bafta 2016 : le palmarès complet de la cérémonie


Bafta 2016 : le palmarès complet de la cérémonie

Dans cette photo : Leonardo DiCaprioDimanche 14 février 2016 se tenait à Londres la cérémonie des Bafta, l’équivalent britannique des Oscars. Une soirée de bon augure pour Leonardo DiCaprio, qui a remporté le Bafta du meilleur acteur pour son rôle dans « The Revenant » d’Alejandro Gonzalez Iñàrritu.

Les récompenses continuent de pleuvoir pour Leonardo DiCaprio. Après avoir remporté le Golden Globe et le Screen Actors Guild Award du meilleur acteur pour son rôle de trappeur dans The Revenant, le comédien a à nouveau été honoré dimanche 14 février aux Bafta Awards, l’équivalent britannique des Oscars pour son interprétation de Hugh Glass dans le film événement du Mexicain Alejandro Gonzalez Iñàrritu.

En lice pour 12 Oscars le 28 février prochain, The Revenant est également reparti avec le Bafta du meilleur film et celui du meilleur réalisateur pour Alejandro Gonzalez Iñàrritu.

De son côté, Brie Larson a été distinguée pour son rôle de jeune femme séquestrée dans Room et remporté le Bafta de la meilleure actrice.

Les Bafta des meilleurs seconds rôles reviennent à Kate Winslet dans Steve Jobs et à Mike Rylance dans Le pont des espions.

Meilleur film : The Revenant d’Alejandro Gonzalez Iñàrritu

Meilleur acteur : Leonardo DiCaprio

Meilleure actrice : Brie Larson dans Room

Meilleur réalisateur : Alejandro Gonzalez Iñàrritu pour The Revenant

Meilleur photographie : Mad Max : Fury Road

Meilleur film étranger : Les nouveaux sauvages de Damiàn Szifron

Meilleur scénario original : Spotlight de Tom Mc Carthy et Josh Singer

Meilleur scénario adapté : The Big Short d’Adam McKay

Meilleur début au cinéma : Naji Abu Nowar dans Theeb

Meilleur film d’animation : Vice-Versa de Pete Docter

Meilleur documentaire : Amy d’Asif Kapadia et James Gay-Rees

Meilleur film britannique : Brooklyn de John Crowley, Finola Dwyer, Amanda Posey et Nick Hornby

Meilleure actrice dans un second rôle : Kate Winslet dans Steve Jobs

Meilleur acteur dans un second rôle : Mike Rylance dans Le pont des espions

Meilleur espoir : John Boyega dans Star Wars : le réveil de la force

Meilleure musique : Ennio Morricone pour Les huit salopards

Meilleur maquillage : Mad Max : Fury Road

Meilleurs costumes : Mad Max : Fury Road

Meilleur montage : Mad Max : Fury Road

Meilleurs effets spéciaux : Star Wars : le réveil de la force

Meilleur son : The Revenant

Meilleur court-métrage britannique : Operator de Caroline Bartleet et Rebecca Morgan

Meilleur court métrage d’animation britannique : Edmond de Nina Gantz et Émilie Jouffroy

BAFTA d’honneur pour l’ensemble de sa carrière : Sir Sidney Poitier

BAFTA d’honneur pour sa contribution au cinéma britannique : le costumier Angels

Source: Bafta 2016 : le palmarès complet de la cérémonie

Bafta 2016 : The Revenant domine le palmarès


Alejandro González Iñárritu et Leonardo DiCaprio entourent Tom Cruise qui tape l'incruste (photo : AFP)

Le réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu avait échoué à triompher aux trophées du cinéma britannique (qui ne sont que très peu britanniques, ces trophées) l’an dernier avec, il s’est rattrapé ce dimanche 14 février avec The Revenant qui succède donc à de Richard Linklater et pourrait lui permettre d’être le premier réalisateur de l’histoire des Oscars à se succéder à lui-même dans les catégories du meilleur film et du meilleur réalisateur. Rappelons que la course est encore ouverte (relativement) et que si Spotlight de Tom Mc Carthy,  d’Adam McKay et  Fury road de George Miller sont des alternatives possibles dans ces mêmes catégories, ils semblent destinés, comme ici, à se limiter aux prix du scénario pour les deux premiers et aux prix techniques pour le dernier. The Revenant reçoit au final cinq Bafta contre quatre pour Mad Max Fury Road, les autres films primés se limitant à un prix chacun. Côté acteurs,  reçoit son troisième prix après Raisons et Sentiments en 1996 et The Reader en 2009, les autres sont primés pour la première fois.

, présenté en compétition au Festival de Cannes 2014, remporte le prix du film en langue étrangère. Les deux Bafta du court-métrage (animation, fiction) ont été, pour l’anecdote, réalisés par des femmes. Kate Dickie (Red Road) est l’actrice principale de .

  • Meilleur film : The Revenant de Alejandro González Iñárritu, produit par lui-même et Steve Golin,, Mary Parent, Keith Redmon
  • Meilleur film britannique :  de John Crowley, produit avec Finola Dwyer, Amanda Posey, Nick Hornby
  • Meilleur réalisateur : Alejandro González Iñárritu – The Revenant
  • Meilleur acteur : Leonardo Di Caprio – The Revenant
  • Meilleure actrice :  – Room
  • Meilleur acteur dans un second rôle :  – Le Pont des Espions
  • Meilleure actrice dans un second rôle : Kate Winslet – Steve Jobs
  • Meilleur scénario original : Spotlight – Tom McCarthy, Josh Singer
  • Meilleure adaptation : The Big Short, Le Casse du siècle – Adam McKay, Charles Randolph
  • Meilleur film étranger non-anglophone : Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifron (Argentine)
  • Meilleur documentaire :  de Asif Kapadia, produit avec James Gay-Rees
  • Meilleur film d’animation :  de Pete Docter
  • Meilleure première œuvre d’un réalisateur, scénariste et/ou producteur britannique : Theeb de Naji Abu Nowar (réalisateur, scénariste) et Rupert Lloyd (producteur)
  • Meilleure musique : Les 8 Salopards – Ennio Morricone
  • Meilleure photographie : The Revenant – Emmanuel Lubezki
  • Meilleur montage : Mad Max: Fury Road – Margaret Sixel
  • Meilleurs décors : Mad Max : Fury Road – Colin Gibson, Lisa Thompson
  • Meilleurs costumes : Mad Max : Fury Road – Jenny Beavan
  • Meilleur son : The Revenant – Lon Bender, Chris Duesterdiek, Martin Hernandez, Frank A. Montaño, Jon Taylor, Randy Thom
  • Meilleurs maquillages et coiffures : Mad Max : Fury Road – Lesley Vanderwalt, Damian Martin
  • Meilleurs effets spéciaux : Star Wars : le Réveil de la Force – Chris Corbould, Roger Guyett, Paul Kavanagh, Neal Scanlan
  • Meilleur court-métrage d’animation : Edmond de Nina Gantz, produit avec Emilie Jouffroy
  • Meilleur court-métrage de fiction : Operator de Caroline Bartleet, Rebecca Morgan
  • Révélation de l’année (vote du public) : John Boyega

Alejandro González Iñárritu et Leonardo DiCaprio entourent Tom Cruise qui tape l’incruste (photo : AFP)

Source: Bafta 2016 : The Revenant domine le palmarès

BAFTA 2016 : Leonardo DiCaprio et « The Revenant » superstars, découvrez le palmarès complet


Le palmarès de la British academy film and television awards (BAFTA) a été dévoilé hier. Comme lors des Golden Globes à Los Angeles, Leonardo DiCaprio a été désigné meilleur acteur.

Comme tous les ans, les British academy film and television awards (BAFTA) ont été remis hier au Royal Opera House de Londres. « The Revenants » dans lequel Leonardo DiCaprio tient le rôle-clé, a été de nouveau nominé, comme lors des Golden Globes à Los Angeles au mois de janvier. Le comédien américain a été sacré meilleur acteur.

Leonardo DiCaprio est donc en bonne voie pour remporter un Oscar, lui qui n’a jamais remporté de statuette lors de la grand-messe du cinéma américain. Comme lors des Golden Globes, « The Revenant « a aussi été nommé meilleur film et Alejandro Iñàrritu a été sacré meilleur réalisateur. Le film, qui raconte l’histoire du trappeur Hugh Glass, laissé pour mort par ses équipiers au milieu d’une nature hostile et sauvage, a également reçu la récompense du meilleur son.

Brie Larson a été sacrée meilleure actrice pour sa prestation dans « Room » de Lenny Abrahamson. « Mad Max : Fury road » a reçu quatre récompenses : meilleure photographie, meilleur maquillage, meilleurs costumes et meilleur montage.

Source: BAFTA 2016 : Leonardo DiCaprio et « The Revenant » superstars, découvrez le palmarès complet

« Star Wars VII » va « passer les 10 millions d’entrées » en France

Génial ! J’en suis plus que ravi. Que ça continue encore.

 

CHIFFRES RECORD – Le président de Walt Disney Company France a précisé qu’il s’agissait du troisième plus gros score d’un film US en France.

INTERVIEW -« Aujourd’hui est un grand jour. » Jean-François Camilleri, président de la Walt Disney Company France, a annoncé mercredi matin sur Europe 1 que l’épisode VII de Star Wars, Le Réveil de la Force, allait « passer les 10 millions d’entrées » en France. « Ce soir, quelque part en France, nous auront le dix-millionième spectateur de ‘Star Wars’. »

Troisième plus gros film américain. « C’est assez exceptionnel », a souligné Jean-François Camilleri. « Star Wars va devenir très rapidement le troisième plus gros film américain (en France) de ce qu’on appelle la période contemporaine, derrièreTitanic et Avatar. » Sorti en 1997, Titanic a cumulé près de 22 millions de spectateurs dans l’Hexagone, tandis qu’Avatar (2009) a frôlé les 15 millions. Selon le président de la Walt Disney Company France, le septième Star Wars« a encore un million d’entrées à faire » et devrait notamment profiter de l’arrivée des vacances de février.

Attirer les femmes et les jeunes. Star Wars : Le Réveil de la Force a réussi à « attirer beaucoup de femmes », a également précisé Jean-François Camilleri. « Un tiers de notre public est composé de spectatrices. » Enfin, selon le dirigeant de Disney, cet épisode de la saga, réalisé par J.J. Abrams, a su rassembler au-delà des passionnés historiques. « On a créé une nouvelle génération de fans, avec beaucoup de jeunes de 8 ou 9 ans qui sont venus découvrir le film en famille », a expliqué le président de la Walt Disney Company France. Pour battre de nouveaux records, Disney compte sur l’épisode VIII, dont la sortie a été décalée de mai à décembre 2017.

 

Source Europe 1 : « Star Wars VII » va « passer les 10 millions d’entrées » en France

 

Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84

Grazie maestro… Riposare in pace, Paix à son âme, Rest in Peace, RIP #EttoreScola #UnaGiornataParticolare #UneJournéeParticulière #abbiamoCosìAmato #NousNousSommesTantAimés #RIP

Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84


Ettore Scola has died at 84. His work includes A Special Day, a 1977 film featuring Marcello Mastroianni and Sophia Loren. Photograph: Antonio Calanni/AP

The film director Ettore Scola, a leading figure in Italian cinema for more than three decades, has died at the age of 84.

Scola’s work included A Special Day, a 1977 Golden Globe-winning and Oscar-nominated movie featuring Marcello Mastroianni as a persecuted radio journalist and Sophia Loren as a sentimental housewife, meeting against a backdrop of rising fascism in 1930s Italy.

He also wrote and directed We All Loved Each Other So Much, a 1974 comedy-drama about the postwar lives of three partisans fighting for the liberation of Italy. The film won the Golden prize at the ninth Moscow international film festival in 1975. The following year he won best director at the Cannes film festival for The Good, Bad and Ugly.

Related: The film that changed my life: Daniel Auteuil

Scola died on Tuesday in Rome’s polyclinic, where he had been in a coma since Sunday after being admitted to the hospital’s cardiac surgery unit, press reports said.

The Italian prime minister, Matteo Renzi, paid tribute to Scola, saying he was a “master” of the screen “with an ability that was as incredible as it was razor-sharp in reading Italy, its society and the changes it went through”.

On Twitter, Renzi wrote that his death “leaves a huge void in Italian culture”.

Dario Franceschini, the Italian minister of culture and tourism, tweeted: “A great teacher, an amazing man, young until the last day of his life.”

The French film and television actor Frédérique Bel shared an image of Loren and Mastroianni in A Special Day.

After entering the movie industry as a screenwriter in 1953, Scola got his first chance as director in 1964 with Let’s Talk About Women, an innovative work of nine vignettes in which Vittorio Gassman plays different characters who seduce women.

He directed 41 films over nearly 40 years, according to the Internet Movie Database.

Paolo Mereghetti, the Corriere della Sera’s cinema critic, said Scola had been a distinctive “political” voice in Italy’s postwar cinema.

A former member of the Italian Communist party, Scola even became minister of culture in a “shadow” cabinet set up by party leaders in 1989.

“He understood where Italy was going, and few cinema directors have that insight,” Mereghetti told the television channel Sky TG24.

Source: Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84

Italian film director Ettore Scola dies at 84


ROME: Film director Ettore Scola, a leading figure in Italian cinema for more than three decades, died on Tuesday at the age of 84, local media reported.Scola’s work included « A Special Day, » a 1977 Oscar-nominated movie featuring Marcello Mastroianni as a persecuted radio journalist and Sophia Loren as a sentimental housewife, meeting against a backdrop of rising fascism in 1930s Italy.

Italian film director Ettore Scola dies at 84

Ettore Scola with Margaretha von Trotta on April 29, 1987 (Image: AP)

He also wrote and directed « We All Loved Each Other So Much, » a 1974 comedy-drama about the post-war lives of three partisans fighting for the liberation of Italy.

Scola died in Rome’s polyclinic, where he had been in a coma since Sunday after being admitted to the hospital’s cardiac surgery unit, press reports said.

Italian Prime Minister Matteo Renzi paid tribute to Scola, saying he was a « master » of the screen, « with an ability that was as incredible as it was razor-sharp in reading Italy, its society and the changes it went through. »Italian film director Ettore Scola dies at 84

Ettore Scola at the 35th Cannes film festival (Image: AP)

After entering the movie industry as a screenwriter in 1953, Scola got his first chance as director in 1964 with « Let’s Talk About Women » — an innovative work of nine vignettes in which Vittorio Gassman plays different characters who seduce women.

He directed 41 films over nearly 40 years, according to the Internet movie database, IMDb.

Paolo Mereghetti, the Corriera della Sera daily’s cinema critic, said Scola was a distinctive « political » voice in Italy’s postwar cinema.

A former member of the Italian Communist Party, Scola even became minister of culture in a « shadow » cabinet set up by party leaders in 1989.Scola even became minister of culture in a « shadow » cabinet set up by party leaders in 1989.

« He understood where Italy was going, and few cinema directors have that insight, » Mereghetti told the television channel Sky.

Source: Italian film director Ettore Scola dies at 84

Ettore Scola, Italian Film Director, Dies at 84


Ettore Scola

Ettore Scola, Italian Film Director, Dies at 84

Italian Director Ettore Scola died today in Rome at the age of 84.

He had been in a coma since Sunday after being admitted to the cardiac surgery unit of a hospital in Rome, according to the reports.

Mr Scola’s work included A Special Day, a 1977 Oscar-nominated movie featuring Marcello Mastroianni as a persecuted radio journalist and Sophia Loren as a sentimental housewife, meeting against the backdrop of rising fascism in Italy of the 1930s.

« We All Loved Each Other So Much (C’eravamo tanto amati), was a wide fresco of post-World War II Italian life and politics, and dedicated to fellow director Vittorio De Sica ».

Italian premier Matteo Renzi said Scola had an incomparable way of reading Italian society and that his death « leaves an enormous hole in Italian culture ».

Scola directed 41 films and wrote the screenplay for nearly 90 movies. He was named Best Director by the Cannes Film Festival in 1974 and served on the festival’s jury in 1988.

The scene where the two actors move between sheets drying in the sun on the terrace of the apartment block where they are staying is one of the most handsome scenes in Italian cinema, film critic Francesco Castelnuovo said.

« Star Wars » en tête du box office France 2015 avec 6,8 millions d’entrées

Le Point : http://www.lepoint.fr/societe/star-wars-en-tete-du-box-office-france-2015-avec-6-8-millions-d-entrees-30-12-2015-2006213_23.php

Mon verdict de Star Wars VII / My review about

Mon verdict de Star Wars VII / My review about Star Wars VII

Star Wars Episode VII « Le Réveil de la Force » mon verdict :

J’ai passé une très bonne soirée franchement. J’ai aimé le film. Après c’est vrai qu’il s’inspire beaucoup de l’épisode IV « Un nouvel espoir » faut dire ce qui est mais je n’ai pas été déçu sincèrement. C’est une histoire différente, y a de nouveaux personnages, des anciens et pas mal de surprises. Des clins d’œil, de l’humour, de l’émotion, de l’action. Tous les acteurs (trices) jouent très bien, les décors, les paysages, les costumes, les plans de caméra sont superbes, variés et bien réalisés. Les codes de Star Wars ont été respectés c’est l’essentiel. C’est un premier épisode d’une nouvelle trilogie quoi. Le film n’est pas parfait mais pas mauvais non plus, c’est un bon commencement.

Le film vaut le détour. Je conseille à ceux qui ne l’ont pas encore vu d’aller le voir au plus vite !

Vivement la suite et l’épisode VIII.

/

Star Wars Episode VII ‘The Force Awakens’ my verdict and review :

I spent a very good evening frankly. I liked the movie. After that it’s true that this movie inspires itself very much from episode IV ‘A New Hope’ we have to say that but i haven’t been disappointed sincerely. It’s a different story, there are new characters, former characters and many surprises. There’s some winks, some humor, some emotion, some action. All the actors (tresses) play well, landscapes, stage sets, scenery, decorations, costumes, camera plans are really great, various and well executed. Star Wars codes have been respected it’s essential and that’s a good thing. It’s a 1st Episode of a new trilogy. The movie isn’t perfect but not bad, it’s a good new beginning.

This movie really worth it. I advise all people who haven’t seen this movie to go to see it quickly !

I can’t wait and awaiting the following Episode VIII.