When the map says race but all you can talk about is fatherhood

Family Inequality

Raj Chetty and colleagues have a new paper showing that « childhood environments play an important role in shaping gender gaps in adulthood. » Essentially, boys from poor or or single parents are doing worse. Also, this gender difference is greater in Black and poor places.

The tricky thing with this data, and I don’t blame Chetty et al. for this, although I would like them to say more about it, is that they don’t know the race of the children. The data are from tax records, which allow you to know the income and marital status of the parents, but not the race. But they know where they grew up. So if they have a strong effect of the racial composition of the county kids grow up in, but they don’t know the race of the kids, you have to figure a big part of that is race of the kids —…

Voir l’article original 465 mots de plus

Why zebras have stripes (hint: it’s not for camouflage)

Why Evolution Is True

Africa harbors three living species of zebras: the plains zebra (Equus quagga), with several subspecies, the mountain zebra (Equus zebra), and Grévy’s zebra (Equus grevyi). The taxonomy of the group is in fact disputed, as distinct species sometimes produce fertile hybrids when they live in the same place, but let’s not worry about that now. The most distinctive feature these species have in common is, of course, their stripes: they are the only fully-striped members of the genus Equus (zebras, horses, and asses), a group containing eleven species. Here’s what the three zebras look like (notice the difference in pattern):

burchell Plains zebra

Hartmann_zebra_hobatere_S Mountain zebra

zebra_grevy_gallery Grévy’s zebra

Now why do they have stripes? If you’re asking the question as an evolutionary one, then one way to pose it is to ask, « What were the selective advantages to the ancestor of modern zebras of having the striped pattern? » (Stripes evolved…

Voir l’article original 1 433 mots de plus

When the map says race but all you can talk about is fatherhood

Family Inequality

Raj Chetty and colleagues have a new paper showing that « childhood environments play an important role in shaping gender gaps in adulthood. » Essentially, boys from poor or or single parents are doing worse. Also, this gender difference is greater in Black and poor places.

The tricky thing with this data, and I don’t blame Chetty et al. for this, although I would like them to say more about it, is that they don’t know the race of the children. The data are from tax records, which allow you to know the income and marital status of the parents, but not the race. But they know where they grew up. So if they have a strong effect of the racial composition of the county kids grow up in, but they don’t know the race of the kids, you have to figure a big part of that is race of the kids —…

Voir l’article original 465 mots de plus

« Star Wars VII » va « passer les 10 millions d’entrées » en France

Génial ! J’en suis plus que ravi. Que ça continue encore.

 

CHIFFRES RECORD – Le président de Walt Disney Company France a précisé qu’il s’agissait du troisième plus gros score d’un film US en France.

INTERVIEW -« Aujourd’hui est un grand jour. » Jean-François Camilleri, président de la Walt Disney Company France, a annoncé mercredi matin sur Europe 1 que l’épisode VII de Star Wars, Le Réveil de la Force, allait « passer les 10 millions d’entrées » en France. « Ce soir, quelque part en France, nous auront le dix-millionième spectateur de ‘Star Wars’. »

Troisième plus gros film américain. « C’est assez exceptionnel », a souligné Jean-François Camilleri. « Star Wars va devenir très rapidement le troisième plus gros film américain (en France) de ce qu’on appelle la période contemporaine, derrièreTitanic et Avatar. » Sorti en 1997, Titanic a cumulé près de 22 millions de spectateurs dans l’Hexagone, tandis qu’Avatar (2009) a frôlé les 15 millions. Selon le président de la Walt Disney Company France, le septième Star Wars« a encore un million d’entrées à faire » et devrait notamment profiter de l’arrivée des vacances de février.

Attirer les femmes et les jeunes. Star Wars : Le Réveil de la Force a réussi à « attirer beaucoup de femmes », a également précisé Jean-François Camilleri. « Un tiers de notre public est composé de spectatrices. » Enfin, selon le dirigeant de Disney, cet épisode de la saga, réalisé par J.J. Abrams, a su rassembler au-delà des passionnés historiques. « On a créé une nouvelle génération de fans, avec beaucoup de jeunes de 8 ou 9 ans qui sont venus découvrir le film en famille », a expliqué le président de la Walt Disney Company France. Pour battre de nouveaux records, Disney compte sur l’épisode VIII, dont la sortie a été décalée de mai à décembre 2017.

 

Source Europe 1 : « Star Wars VII » va « passer les 10 millions d’entrées » en France

 

Taubira démissionne, Urvoas la remplace à la Justice

Christiane Taubira vient d'annoncer sa démission du ministère de la Justice.

La garde des Sceaux a remis mercredi matin sa démission à François Hollande, sur fond de discorde sur la déchéance de nationalité. Le socialiste Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère et président de la Commission des lois de l’Assemblée, a été choisi pour la remplacer.

Source Le Figaro : Taubira démissionne, Urvoas la remplace à la Justice

Tennis Open d’Australie 2016, 2e tour résultats / Tennis 2016 Australian Open, 2nd round Results

Résultat match Tsonga Federer Nadal Djokovic 2016, tableau hommes Open Australie 2016, résumé tennis

Open d’Australie 2ème Tour / 2nd Round Thursday : Les résultats de jeudi

Résultats – Results  JEUDI 21 JANVIER 2016 –  Thursday January 21st, 2016

Rod Laver Arena

Ana Ivanovic (SRB, n°20) bat Anastasija Sevastova (LET) : 6-3, 6-3

Garbiñe Muguruza (ESP, n°3) bat Kirsten Flipkens (BEL) : 6-4, 6-2

Andy Murray (GBR, n°2) bat Sam Groth (AUS) : 6-0, 6-4, 6-1

A partir de 9h00 (heure française)

David Ferrer (ESP, n°8) – Lleyton Hewitt (AUS)

Julia Goerges (ALL) – Karolina Pliskova (RTC, n°9)

Margaret Court Arena

Gaël Monfils (FRA, n°23) bat Nicolas Mahut (FRA) : 7-5, 6-4, 6-1

Victoria Azarenka (BLR, n°14) bat Danka Kovinic (MNE) : 6-1, 6-2

Madison Keys (USA, n°15) bat Yaroslava Shvedova (KAZ) : 6-7, 6-3, 6-3

Angelique Kerber (ALL, n°7) bat Alexandra Dulgheru (ROU) : 6-2, 6-4

Bernard Tomic (AUS, n°16) – Simone Bolelli (ITA)

Hisense Arena

John Isner (USA, n°10) bat Marcel Granollers (ESP) : 6-3, 7-6, 7-6

Laura Siegemund (ALL) bat Jelena Jankovic (SRB, n°19) : 3-6, 7-6, 6-4

Pas avant 8h00 (heure française)Radek Stepanek (RTC) – Stan Wawrinka (SUI, n°4)

Court n°2

Naomi Osaka (JAP) bat Elina Svitolina (UKR, n°18) : 6-4, 6-4

Milos Raonic (CAN, n°13) bat Tommy Robredo (ESP) : 7-6, 7-6, 7-5

Shuai Zhang (CHN) bat Alizé Cornet (FRA) : 6-3, 6-3

Jack Sock (USA, n°25) – Lukas Rosol (RTC)

Court n°3

Barbora Strycova (RTC) bat Vania King (USA) : 7-5, 6-4

Dudi Sela (ISR) bat Fernando Verdasco (ESP) : 4-6, 6-3, 6-3, 7-6

Pas avant 7h00 (heure française)

John Millman (AUS) – Gilles Muller (LUX)

Court n°6

Joao Sousa (POR, n°32) bat Santiago Giraldo (COL) : 6-3, 7-5, 3-6, 6-1

Feliciano Lopez (ESP, n°18) bat Guido Pella (ARG) : 7-6, 6-7, 7-6, 6-7, 6-4

Ekaterina Makarova (RUS, n°21) bat Tatjana Maria (ALL) : 6-4, 6-2

Annika Beck (ALL) – Timea Bacsinszky (SUI, n°11)

Court n°8

Johanna Konta (GBR) bat Saisai Zheng (CHN) : 6-2, 6-3

Denisa Allertova (RTC) bat Sabine Lisicki (ALL, n°30) : 6-3, 2-6, 6-4

Viktor Troicki (SRB, n°21) bat Tim Smyczek (USA) : 6-4, 7-6, 7-6

Andrey Kuznetsov (RUS) – Jérémy Chardy (FRA, n°30)

Court n°13

Madison Brengle (USA) bat Johanna Larsson (SUE) : 7-5, 4-6, 6-1

Steve Johnson (USA, n°31) bat Thomaz Bellucci (BRE) : 6-3, 6-2, 6-2

Court n°19

Varvara Lepchenko (USA) bat Lara Arruabarrena (ESP) : 7-6, 6-4

Stéphane Robert (FRA) bat Rajeev Ram (USA) : 6-1, 6-7, 4-6, 7-5, 7-5

 

Open d’Australie 2ème Tour / 2nd Round Wednesday : Les résultats de mercredi

Résultats – Results  MERCREDI 20 JANVIER 2016 – Wednesday January 20th, 2016

Rod Laver Arena

Maria Sharapova (RUS, n °5) bat Aliaksandra Sasnovich (BLR) : 6-2, 6-1

Serena Williams (USA, n°1) bat Su-Wei Hsieh (TPE) : 6-1, 6-2

Roger Federer (SUI, n°3) bat Alexandr Dolgopolov (UKR) : 6-3, 7-5, 6-1

Agnieszka Radwanska (POL, n°4) bat Eugenie Bouchard (CAN) : 6-4, 6-2

Novak Djokovic (SRB, n°1) bat Quentin Halys (FRA) : 6-1, 6-2, 7-6

Margaret Court Arena

Kei Nishikori (JAP, n°7) bat Austin Krajicek (USA) : 6-3, 7-6, 6-3

Belinda Bencic (SUI, n°12) bat Timea Babos (HUN) : 6-3, 6-3

Carla Suárez Navarro (ESP, n°10) bat Maria Sakkari (GRE) : 6-7, 6-2, 6-2

Jo-Wilfried Tsonga (FRA, n°9) bat Omar Jasika (AUS) : 7-5, 6-1, 6-4

Daria Gavrilova (AUS) bat Petra Kvitova (RTC, n°6) : 6-4, 6-4

Hisense Arena

Kateryna Bondarenko (UKR) bat Svetlana Kuznetsova (RUS, n°23) : 6-1, 7-5

Roberta Vinci (ITA, n°13) bat Irina Falconi (USA) : 6-2, 6-3

Tomas Berdych (RTC, n°6) bat Mirza Basic (BIH) : 6-4, 6-0, 6-3

Nick Kyrgios (AUS, n°29) bat Pablo Cuevas (URU) : 6-4, 7-5, 7-6

Court n°2

David Goffin (BEL, n°15) bat Damir Dzumhur (BIH) : 6-4, 0-6, 6-4, 6-2

Marin Cilic (CRO, n°12) bat Albert Ramos-Vinolas (ESP) : 6-4, 6-3, 7-6

Yulia Putintseva (KAZ) bat Xinyun Han (CHN) : 6-3, 6-1

Andreas Seppi (ITA, n°28) bat Denis Kudla (USA) : 7-5, 6-4, 6-4

Court n°3

Lauren Davis (USA) bat Magdalena Rybarikova (SLQ) : 7-6 WO (Walk Over) , abandon

Gilles Simon (FRA, n°14) bat Evgeny Donskoy (RUS) : 6-3, 5-7, 7-6, 4-6, 7-5

Elizaveta Kulichkova (RUS) bat Monica Niculescu (ROU) : 6-4, 2-6, 6-4

Court n°5

Margarita Gasparyan (RUS) bat Kurumi Nara (JAP) : 6-4, 6-4

Court n°6

Anna-Lena Friedsam (ALL) bat Qiang Wang (CHN) : 6-3, 6-4

Dominic Thiem (AUT, n°19) bat Nicolas Almagro (ESP) : 6-3, 6-1, 6-3

Grigor Dimitrov (BUL, n°27) bat Marco Trungelliti (ARG) : 6-3, 4-6, 6-2, 7-5

Kristina Mladenovic (FRA, n°28) bat Nicole Gibbs (USA) : 6-1, 7-6

Court n°8

Federico Delbonis (ARG) bat Renzo Olivo (ARG) : 7-6, 3-6, 6-7, 7-5, 6-2

Guillermo Garcia-Lopez (ESP, n°26) bat Daniel Brands (ALL) : 4-6, 6-1, 7-6, 6-3

Monica Puig (PUR) bat Kristyna Pliskova (RTC) : 4-6, 7-6, 9-7

Court n°13

Daria Kasatkina (RUS) bat Ana Konjuh (CRO) : 6-4, 6-3

Roberto Bautista Agut (ESP, n°24) bat Dusan Lajovic (SRB) : 4-6, 6-2, 4-6, 6-2, 6-1

Pierre-Hugues Herbert (FRA) bat Noah Rubin (USA) : 6-3, 6-4, 6-0

Not Pluto: Scientists say they have ‘good evidence’ for a ninth planet in the solar system

Ninth planet may have been discovered, researchers say


But its presence there would explain a number of mysterious features of the field of icy objects and debris beyond Neptune called the Kuiper Belt, they wrote in their paper published in the current issue of the Astronomical Journal.

No sooner had we got used to the idea of there being only eight planets in our solar system, after Pluto was demoted to « dwarf » status, astronomers have gone and found a new hidden planet that’s at least 10 times more massive than Earth.

Researchers at the California Institute of Technology have found evidence in the outer solar system of an object that could be a real ninth planet.

Archbishop to lead task force on Anglican communion riftWelby set a news conference back in Friday in Canterbury to elaborate more why the leaders arrived in such sanction . Ordained Anglicans within the Church of England have taken to Twitter to proclaim their dismay at the result.

« We realized that most of these objects beyond Neptune and beyond Pluto, they all go around the sun and they’re all sort of pointing off in different directions », said Brown.

Brown and Batygin at first reacted skeptically that they’d discovered a planet, but over time it became clear the existence of a ninth planet was the only logical explanation for such singular orbits. « What we have found is a gravitational signature of Planet 9 lurking in the outskirts of the solar system ». Clearing the neighborhood around the orbit means that the planet must be gravitationally dominant in its orbit, without any other bodies of comparable size other than its own satellites or those otherwise under its gravitational influence. In 1905, Percival Lowell predicted a Planet X existed beyond Neptune; his calculations actually led to the discovery of Pluto, which was too small to be what Lowell suspected. The researchers cite how KBOs – Kuiper Belt Objects, that is – move about, indicating something big like Planet Nine may exist. Brown and astronomer Konstantin Batygin, also at Caltech, initially were sceptical that such a large planet would have eluded detection. « We know the orbit, but we don’t know where in the orbit it is ».

At such distances, the planet could be impossible to spot – even with the two huge telescopes that are now looking for it. So little light is sent back from that far away that it might never make it back for us to see.

Xi wraps up historic visit to Saudi Arabia, steps up energy cooperationSaudi King Salman bin Abdulaziz also held discussions with Xi Jinping focussing on developing cooperation to counter terrorism. Under the MoU, the two countries will cooperate in building a nuclear reactor with a high-temperature coolant gas.

They estimate that this yet-to-be-observed planet is anywhere from five to 10 times larger than Earth, which would make it the fifth largest planet in the solar system.

The object, nicknamed Planet Nine, orbits about 20 times farther from the Sun on average than Neptune.

The researchers hope the announcement may inspire people to start searching the skies for Planet Nine.

A Dark Souls comic series is coming this April, praise the sunThe writer also claims to be a big fan of the video games, which should reassure fans who are curious about the title’s quality. Sensible; the canonical story of Dark Souls , as far as I’m concerned, includes about 400 pages of being beaten up by one boss.

In the video below, Batygin and Mike Brown discuss their findings.

Source: Ninth planet may have been discovered, researchers say

Not Pluto: Scientists say they have ‘good evidence’ for a ninth planet in the solar system


Cape Canaveral: Scientists reported on Wednesday they finally have « good evidence » for Planet X, a true ninth planet on the fringes of our solar system.

The gas giant is thought to be almost as big as Neptune and orbiting billions of miles beyond Neptune’s path, distant enough to take 10,000 to 20,000 years to circle the sun.

This Planet 9, as the two California Institute of Technology researchers call it, hasn’t been spotted yet. They base their findings on mathematical and computer modelling, and anticipate its discovery via telescope within five years or less.
This artist’s concept illustration courtesy of Caltech/Robert Hurt shows a distant view from Planet Nine back towards the sun. AFPThis artist's concept illustration courtesy of Caltech/Robert Hurt shows a distant view from Planet Nine back towards the sun. AFP

The two reported on their research on Wednesday in the Astronomical Journal because they want people to help them look for it.

« We could have stayed quiet and quietly spent the next five years searching the skies ourselves and hoping to find it. But I would rather somebody find it sooner, than me find it later, » astronomer Mike Brown told The Associated Press.

« I want to see it. I want to see what it looks like. I want to understand where it is, and I think this will help. »

Once it’s detected, Brown insists there will be no Pluto-style planetary debate. Brown ought to know; he’s the so-called Pluto killer who helped lead the charge against Pluto’s planetary status in 2006. (It’s now officially considered a dwarf planet.)

His colleague in this latest Planet 9 report, also from Caltech in Pasadena, is planetary scientist Konstantin Batygin.

« For the first time in more than 150 years, there’s good evidence that the planetary census of the solar system is incomplete, » Batygin said, referring to Neptune’s discovery as Planet 8.

The two based their findings on the fact that six objects in the icy Kuiper Belt, or Twilight Zone on the far reaches of the solar system, appear to be influenced by only one thing: a real planet.

Brown actually discovered one of these six objects more than a decade ago, Sedna, a large minor planet way out there on the solar system frontier.

« This is a prediction. What we have found is a gravitational signature of Planet 9 lurking in the outskirts of the solar system,’ Batygin said. « We have not found the object itself, » he stressed, adding that the actual discovery when it happens will be « era-defining. »

Added Brown: « We have felt a great disturbance in the force. » Depending on where this Planet 9 is in its egg-shaped orbit, a space telescope may be needed to confirm its presence, the researchers said.

Or good backyard telescopes may spot it, they noted, if the planet is relatively closer to us in its swing around the sun. It’s an estimated 20 billion to 100 billion miles from us.

Associated Press

Source: Not Pluto: Scientists say they have ‘good evidence’ for a ninth planet in the solar system

Découverte d’une neuvième planète dans notre système solaire

C’est une information tombée du ciel : 10 fois la masse de la Terre, 20 fois plus éloignée que Neptune : des astronomes américains se sont lancés dans la recherche d’une neuvième planète de notre système solaire.

France 3
Francetv info

À plus de 4 milliards de km du soleil, la trajectoire d’un grand nombre d’astéroïdes semble se dessiner autour d’un autre objet que le soleil. À grand renfort de calculs informatiques, des astronomes américains ont détecté l’orbite de ce qui pourrait être une neuvième planète.

« C’est évident qu’il y a quelque chose qui a mis ces orbites, de manière très alignées, les unes derrière les autres. Ce quelque chose, souvent, en astronomie, c’est l’attraction gravitationnelle« , explique Alain LeCavelier des Étangs, chercheur au CNRS et à l’Institut d’astrophysique de Paris.

De fortes probabilités

Cette neuvième planète existe-t-elle vraiment ? Sans l’avoir observé, on ne peut pas encore l’affirmer. Les probabilités donnent plus de 99 chances sur 100… Il y a plus de 150 ans, dans des circonstances similaires, l’astronome français Urbain Le Verrier, grâce à des calculs mathématiques, découvrait la huitième planète : Neptune.

Source FrancetvInfo : Découverte d’une neuvième planète dans notre système solaire

Football: Le PSG, quatrième club le plus riche du monde

Célébrations après un but de Zlatan Ibrahimovic contre Toulouse en Coupe de France, le 19 janvier 2016.
Célébrations après un but de Zlatan Ibrahimovic contre Toulouse en Coupe de France, le 19 janvier 2016. – KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Si le PSG n’a plus de marge de progression au classement de Ligue 1, il continue son ascension sur le terrain financier. Boosté par des partenariats lucratifs, le club parisien est devenu le quatrième le plus riche du monde en générant plus de 480 millions d’euros de revenus lors de la saison 2014-15, selon une étude de Deloitte publiée jeudi.

>> A lire aussi: Que manque-t-il encore au PSG pour concurrencer la marque Real Madrid ?

En tête du palmarès pour la onzième année consécutive, le Real Madrid (577 millions) devance le FC Barcelone (560,8 M EUR) et Manchester United (519,5 M EUR). Mais le classement, malgré les deux clubs espagnols qui l’ouvrent, confirme surtout la puissance financière de la Premier League anglaise qui place pas moins de 17 clubs dans le Top 30.

Lyon et Marseille «plus éloignés que jamais» du Top 20

Côté français, le PSG, qui progresse d’une place, est en revanche bien seul. Aucun autre club de Ligue 1 «ne semble en position de postuler pour une place dans le Top 30 dans un proche avenir, malgré les importants investissements réalisés pour moderniser les stades en vue de l’Euro-2016», note Dan Jones, analyste à Deloitte.

>> A lire aussi: Le PSG équipe son bus de vitres blindées à l’épreuve des balles

«D’anciens habitués, comme l’Olympique Lyonnais et l’Olympique de Marseille, semblent même plus éloignés que jamais de retrouver une place dans les vingt premiers», insiste-t-il. Le PSG atteint, lui, un niveau encore jamais obtenu par un club français et confirme ainsi son spectaculaire développement depuis l’arrivée de ses nouveaux propriétaires qataris à l’été 2011.

Des contrats juteux

Il doit sa progression d’abord à ses revenus commerciaux (297 M EUR), qui sont proportionnellement les plus élevés de toute la classe. «Ils représentent 62% du revenu total du club. Aucun autre club ne dépasse les 60%», souligne Dan Jones en pointant les contrats lucratifs signés avec Nike, Emirates, American Express et l’Autorité du tourisme qatari. Les recettes au stade (+22%) et les droits TV (+27%) sont également en hausse après une saison record sur le plan national et un quart de finale en Ligue des champions.

Les recettes tirées des droits TV du PSG restent cependant considérablement plus faibles que celles des clubs concurrents (13e du Top 20 seulement) et plus de la moitié de ses 105,8 millions d’euros de revenus audiovisuels proviennent de l’UEFA. «Aller loin en Ligue des champions représente donc pour le PSG un impératif s’il veut garder son rang dans les années à venir», affirme Deloitte. Le message est passé.

Voici le Top 20 des clubs les plus riches pour la saison 2014/15 selon Deloitte:

1. Real Madrid (ESP) 577 M EUR

2. FC Barcelone (ESP) 560,8 (+2)

3. Manchester United (ENG) 519,5 (-1)

4. Paris Saint-Germain (FRA) 480,8 (+1)

5. Bayern Munich (GER) 474 (-2)

6. Manchester City (ENG) 463,5

7. Arsenal (ENG) 435,5 (+1)

8. Chelsea (ENG) 420 (-1)

9. Liverpool (ENG) 391,8

10. Juventus (ITA) 323,9

11. Borussia Dortmund (GER) 280,6

12. Tottenham Hotspur (ENG) 257,5 (+1)

13. Schalke 04 (GER) 219,7 (+1)

14. AC Milan (ITA) 199,1 (-2)

15. Atletico Madrid (ESP) 187,1

16. AS Rome (ITA) 180,4 (+8)

17. Newcastle (ENG) 169,3 (+2)

18. Everton (ENG) 165,1 (+2)

19. Inter Milan (ITA) 164,8 (-2)

20. West Ham (ENG) 160,9

Source  20 Minutes France : Football: Le PSG, quatrième club le plus riche du monde

Davos : Manuel Valls veut éviter un Brexit mais «pas à n’importe quel prix»

Le Premier ministre  Manuel Valls lors des questions au gouvernement le 20 janvier 2016 à l'Assemblée nationale à Paris
Le Premier ministre Manuel Valls lors des questions au gouvernement le 20 janvier 2016 à l’Assemblée nationale à Paris Photo ERIC FEFERBERG. AFP

Le Premier ministre français Manuel Valls veut éviter une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, qui serait une erreur, mais pas à n’importe quel prix, a-t-il dit jeudi au forum économique mondial à Davos.

Un Brexit «serait incontestablement une mauvaise chose, une très mauvaise chose», a-t-il dit devant quelques journalistes, ajoutant: «Il doit y avoir un accord (entre la Grande-Bretagne et l’UE pour l’éviter, NDLR) mais pas à n’importe quel prix».

Le Premier ministre britannique David Cameron a promis à ses concitoyens une consultation sur une éventuelle sortie de la Grande-Bretagne de l’Union.

La consultation pourrait se tenir dès 2016, notamment en cas d’accord lors d’un sommet les 18 et 19 février à Bruxelles sur les négociations en cours entre l’UE et l’exécutif britannique qui demande des réformes de l’Union européenne.

David Cameron a formulé des demandes dans quatre domaines, auxquelles il souhaite avoir des réponses avant d’organiser un référendum sur le maintien de son pays dans l’UE, peut-être dès l’été prochain.

Le point le plus controversé concerne les aides sociales aux immigrants issus de l’UE: le Premier ministre britannique voudrait imposer un moratoire de quatre ans avant tout versement.

Le dossier avance, mais «il n’y aura pas de compromis sur les valeurs fondamentales comme la non-discrimination et la liberté de circulation», a prévenu mardi devant le Parlement européen le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Source Libération : Davos : Manuel Valls veut éviter un Brexit mais «pas à n’importe quel prix»

Affaire UBS : le fisc français découvre 38 000 comptes cachés en Suisse

La banque UBS est suspectée d'avoir incité des clients français à dissimuler de l'argent en Suisse.
La banque UBS est suspectée d’avoir incité des clients français à dissimuler de l’argent en Suisse. (AFP/Fabrice Coffrini.)

Plus de 12 milliards d’euros d’avoirs qui ont échappé au fisc français. C’est ce que les limiers de la Direction nationale des enquêtes fiscales (DNEF) viennent de découvrir, selon les informations de l’hebdomadaire Le Point.

Cette cellule d’élite de Bercy a mis la main sur 38 000 numéros de comptes logés chez UBS, en Suisse. Ces identifiants à six chiffres étaient tous suivis du numéro 111. Un code qui renvoie à la nationalité française des titulaires.

Au total, ces milliards correspondent à des sommes placées en 2008. Tous les déposants n’affichaient pas des soldes faramineux. La moitié des comptes abritaient des dépôts inférieurs à 1000€. Mais, selon Le Point, les cent plus gros concentrent à eux seuls 1 milliard d’euros. Un compte engrange à lui seul 60 millions d’euros. Un autre fichier concernant l’année 2006 répertorie 33 000 comptes de ressortissants français chez UBS. Les avoirs représentent cette fois 15,2 milliards d’euros avec un record à 79,4 millions d’euros chez un seul client.

Les enquêteurs français de Bercy ont bénéficié d’un sérieux coup de main de leurs homologues allemands. Ce sont ces derniers qui ont exhumé ces listings en perquisitionnant les locaux d’UBS outre-Rhin.

Un système d’évasion fiscale pour les client français

Moins que la perspective d’un redressement fiscal, c’est surtout l’intérêt judiciaire de ces pièces qui suscite un certain enthousiasme côté français. La DNEF a immédiatement transmis les données à la justice pour étayer une enquête menée depuis 2012. Les magistrats cherchent à prouver qu’UBS a organisé un système d’évasion fiscale pour ses client français.

Les juges Guillaume Daïeff et Serge Tournaire viennent de boucler un dossier ouvert lorsque des lanceurs d’alerte ont permis de découvrir «les carnets du lait». Un responsable qui encadrait les commerciaux d’UBS avait ainsi baptisé sa comptabilité qui lui permettait de calculer les rémunérations des commerciaux en France. Une référence presque humoristique au registre manuscrit des éleveurs suisses. Le document laisse à penser qu’UBS démarchait des clients français et que les commerciaux étaient incités à orienter les plus riches vers la Suisse. Une pratique interdite.

Les dernières découvertes de la DNEF viennent aujourd’hui conforter la thèse des magistrats. Les montants relevés dans les listings mis au jour par la cellule de Bercy — 12 à 15 milliards d’euros — concordent en effet avec les évaluations établies par les magistrats — 12,2 milliards d’euros — à partir des déclarations d’anciens salariés de la banque.

Une caution à 1,1 milliard d’euros

Après avoir été mise en examen en juin 2013 pour «démarchage illicite», l’UBS a été mise en examen par les juges Serge Tournaire et Guillaume Daïeff à l’été 2014 pour blanchiment aggravé de fraude fiscale sur la période 2004-2012. Les juges avaient alors fixé la caution à 1,1 milliard d’euros, une somme record et contestée en vain par la banque suisse devant la cour d’appel de Paris puis la Cour de cassation.

Les juges s’apprêtent désormais à remettre au parquet national financier l’acte de renvoi de la banque suisse et de sa filiale française devant le tribunal correctionnel.

«Depuis 2014, il n’y a plus de comptes irréguliers chez UBS Suisse. Tous les noms sont donc théoriquement connus du fisc», s’est défendu Jean-Frédéric De Leusse, président d’UBS France.

La régularisation rapporte gros à Bercy

Il est toujours temps de faire amende honorable. Depuis 2013, un Service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) permet aux évadés fiscaux de régulariser leur situation. Pas de cadeaux cependant. Les contribuables qui viennent se signaler payent leur dû, pénalités comprises. Depuis la mise en place du STDR, pas moins de 45 000 contribuables ont demandé à régulariser leur situation.

Le Trésor public devrait percevoir 2,65 milliards d’euros de droits et de pénalités en 2015, contre 1,7 milliard initialement budgétisé. Pour 2016, le gouvernement table sur 2,4 milliards récupérés par le STDR. En 2014, cette recette se chiffrait à près de 2 milliards d’euros.

Les contribuables concernés savent «que, s’ils ne viennent pas maintenant, demain ça sera plus dur», juge Michel Sapin, le ministre des Finances. Estimant que la coopération avec la Suisse, notamment, porte ses fruits, il pronostique que «le secret fiscal, dans trois-quatre ans, c’est terminé». Selon Bercy, 85% des comptes régularisés en 2015 étaient domiciliés en Suisse.

Les évadés fiscaux ne doivent pas rêver de souplesse de la part de Bercy. Le dispositif d’aujourd’hui ne ressemble en rien à la cellule de régularisation ad hoc mise en place par Eric Woerth en 2009. Elle avait vu défiler 4725 personnes. A l’époque, un « repenti » avait certaines garanties. Aujourd’hui, la tendance n’est pas à la clémence.

Décès de la romancière Edmonde Charles-Roux

 

DISPARITION – Celle qui présida l’Académie Goncourt après en avoir reçu le prix pour Oublier Palerme s’est éteinte hier soir à l’âge de 95 ans.

Elle ne voulait pas écrire ses mémoires, ni raconter sa vie. Parce que parler d’elle, c’était d’abord parler de sa famille. C’était l’assumer, en épouser le renom et les causes. Car avant d’être «Edmonde», la présidente du prix Goncourt fut mademoiselle Charles-Roux, fille d’une lignée de Marseillais illustres: des huiles, si l’on ose écrire. Jules-Charles Roux, descendant du premier savonnier de la ville avait été député de Marseille et président de la Compagnie du Canal de Suez. Il fut autorisé en 1909 à porter le nom de Charles-Roux. Son fils François Charles-Roux (1879-1961) fut ambassadeur de France à Prague et au Vatican, et grand ami de Pie XII. Il était le père d’Edmonde. Sa mère s’habillait chez Madeleine Vionnet et Schiaparelli. Elle était belle et froide et laissait ses enfants sous la responsabilité des nurses. La petite fille en souffrira.

La littérature baigna son enfance, comme la Méditerranée. Son grand-père, membre du Félibrige, avait usé de son prestige pour faire obtenir le prix Nobel à Mistral. Ses parents la prénommèrent Edmonde, en hommage à l’illustre voisin Rostand, ami de sa grand mère. Chez les Charles-Roux, diplomatie, politique et belles lettres faisaient bon ménage.

La guerre comme ambulancière

François et Sabine Charles-Roux eurent trois enfants. Née en 1920, Edmonde est la dernière. Les aînés se nomment Jean-Marie et Cyprienne. Le premier se fera prêtre exerçant son ministère à Londres, à Sainte-Etheldreda au cœur de la City. Ce royaliste, portant soutane, sera toute sa vie l’avocat de la cause en béatification de Marie-Antoinette et de madame Elisabeth. Cyprienne épousera le prince Marcello Del Drago, chef de cabinet du comte Ciano, le ministre des Affaires étrangères de Mussolini. C’est donc peu dire que Edmonde Charles-Roux vécut – sinon contre (elle voyait très fréquemment les siens) – du moins en rupture avec son milieu familial. Mais à sa manière, Edmonde, c’était aussi le clan des Charles-Roux.

En mai 1940, son père est nommé secrétaire général du Quai d’Orsay par Paul Reynaud. Il passe quelques mois à Vichy, soupçonné de gaullisme, s’attirant les railleries de Drieu dans son Journal. Il démissionnera au lendemain de Montoire préférant «se retirer sous sa tente». En l’occurrence pour occuper le fauteuil paternel à la (très gaulliste) Compagnie du canal de Suez.

Edmonde Charles-Roux reçue à l'Élysée en février 2014.
 

Quelque temps plus tôt, Edmonde a quitté sa famille installée à Rome pour gagner Marseille. Elle commence des études d’infirmière et, plutôt que la bonne société de Marseille, fréquente les artistes réfugiés dans le Sud. Chez la comtesse Pastré, qui sera la fondatrice du festival d’Aix, elle croise le décorateur Christian Bérard, Louis Jouvet, Pablo Casals, le danseur Serge Lifar. Un monde se révèle à elle. Ni celui de la bourgeoisie marseillaise, ni celui de la diplomatie. Un milieu qui ne doit rien à ses parents. Le sien en propre. Elle fait la guerre comme ambulancière, soignant des légionnaires italiens et tchèques, dont elle connaît la langue, elle qui a grandi à Prague et fait ses études au lycée Chateaubriand de Rome. Elle est elle-même blessée, décorée de la Croix de Guerre et citée à l’ordre du Corps d’armée. Elle fait la Une de Paris Soir et, racontera-t-elle plus tard à Match, s’attire de son grand-père cette remarque: «C’est bien, mais gagner la guerre c’est mieux». Elle passera l’Occupation à Marseille affectée dans la clinique clandestine de la Résistance. La fille de l’ambassadeur Charles-Roux sert dans les rangs des FTP.

«Tu vis comme un homme»

Au lendemain du débarquement français en Provence, le général de Lattre de Tassigny l’appelle à ses côtés et l’affecte à son État-major. Elle fait la campagne de France, est blessée une deuxième fois en Autriche, à nouveau décoré. Dans sa trousse d’infirmière, un livre: Guerre et paix qu’elle lit et relit. Rendue à la vie civile, elle n’envisage pas de rentrer dans le rang. «Tu vis comme un homme», lui reproche son père. Elle vit surtout comme elle l’entend.

Elle a son bac, aime les études, la lecture et l’écriture. Elle devient courriériste à France-Soir, le journal de Pierre Lazareff puis à Elle. À la faveur d’un article sur le retour de Toscanini en Italie, elle qui connaît Rome comme sa poche, parvient à lui être présentée dans sa loge. Elle gagne ses galons de journaliste, se hisse au niveau des grandes «baronnes» de la presse: Hélène Lazareff et Françoise Giroud. Pour devenir une vraie parisienne, elle prend conseil auprès de Coco Chanel. Bientôt ce sera Vogue où elle rentrera grâce à «Bébé», Christian Bérard, et dirigera ce magazine pendant seize ans. Elle l’ouvre à la culture, ayant ses entrées partout. Pour une interview d’Orson Welles, elle se fait aider par Jeff Kessel et Philippe Soupault avant de se lier intimement à Citizen Kane qu’elle accompagnera en tournée, s’installant même à Londres quand il remplace Laurence Oliver dansShakespeare. Elle publie des inédits de Colette, Saint-John-Perse et Louise de Vilmorin. Grâce à Eluard, elle rencontre le peintre André Derain et accepte de poser pour lui. Au peintre compromis par un voyage en Allemagne, elle confie les décors du festival d’Aix. Pour un peu, elle le remettrait à la mode. Par son intermédiaire, elle fréquente Balthus et Giacometti, se lie d’amitié avec Saint-Laurent, voit et protège le poète maudit Jean Genet.

Un personnage du Tout-Paris

Edmonde Charles-Roux reçue au ministère de la Culture en 2011.
 

Elle ne publie pas encore de livre, sinon un Guide de savoir-vivre, recueil d’articles sur les usages en société parus dans Elle. Mais elle écrit, pour elle, à ses moments perdus. Et pour Maurice Druon, dans cet atelier d’où sortiront les Rois Maudits et autre Alexandre le Grand. Avec Druon, ils forment alors un couple à la mode, à la ville et à la scène littéraire. Mathieu Galey note dans son journal: «Il est superbe, solaire, elle est sobre, frémissante, séductrice: un couple de roman».

Celle qu’il décrit comme «un peu institutrice», lunettes, chignon sévère, sait aussi être une élégante. Bien des hommes en sont fous. «Une Médicis», écrit encore Galey. Le titre n’est pas usurpé: raffinement, goût éclairé, fortune et cruauté. Certains ricanent, l’appellent Mousseline à cause de ses tenues à jabot, col bouillonné ou fraises noires. Si l’on murmure que peut-être Chazot a pensé à elle en créant le personnage de Marie-Chantal, ce qui est sûr c’est que dans son dictionnaire du snobisme, Philippe Jullian la dépeint sous les traits de «Charlotte Edmond-Gris».

Elle est incontestablement à cette époque un personnage du Tout-Paris. Quoique. En mai 1966, elle est renvoyée de Vogue. Elle dira: «Parce que j’avais osé mettre en couverture un mannequin noir». En réalité, pour ses relations «communistes» qui inquiètent l’éditeur américain du magazine, Condé-Nast: Edmonde, ou dernière victime du maccarthysme.

Le triomphe de Oublier Palerme

À 46 ans, elle est libre, un peu désœuvrée même. Elle sort de son tiroir le manuscrit d’un roman en cours, l’achève et le montre à son ami François Nourissier qui le passe à Bernard Privat. Il a pour titre Oublier Palerme. Si Edmonde est novice en littérature, elle n’est pas une inconnue. Dans le jury Goncourt par exemple, elle connaît Armand Salacrou à qui la lie l’amour de la montagne (elle a fait partie de l’équipe seconde de ski), ou Gérard Bauer avec qui elle a frayé chez la comtesse Pastré. Elle obtient le prix en 1966. Pour Jean-Claude Fasquelle et Yves Berger, elle incarne l’année du petit chelem: cette année-là, sous la couverture jaune, Kléber Haedens raflera l’Interallié, Nourissier le Grand prix du roman, Marie-Claire Blais le Médicis. Elle devient écrivain: Elle, Adrienne paraît en 1971. Paul Morand lui donne de la documentation pour sa biographie de Chanel qui paraîtra en 1974.

Elle reçoit dans son hôtel de la rue des Saints-Pères. On y croise Visconti, le général Oufkir. Elle voit beaucoup Nourissier et ses amis, Maurice Rheims, François Régis Bastide. Louis Aragon raffole d’elle. Il lit ses livres, en fait l’éloge dans les Lettres françaises, la promène à la fête de l’Huma. Elle a le cœur à gauche et la tête dans tous les étoiles. Morand s’écrie: «Quand on pense qu’elle est la sœur de Cyprienne Del Drago!».

En 1983, elle est élue membre de l’Académie Goncourt, puis en 2002 présidente, jusqu’en 2014, où elle cède son poste à Bernard Pivot. Jusqu’au bout, elle se pique au jeu, lisant beaucoup, bataillant pour ceux qu’elle aime. Andréï Makine, notamment, lui doit son Goncourt 1996.

«Le premier prix Goncourt marseillais»

Edmonde Charles-Roux a été la première à raconter la vie mouvementée de Coco Chanel.
 

L’année de sa consécration, cette célibataire militante rencontre celui qui sera l’homme de sa vie, Gaston Deferre. La chronique raconte que le légendaire maire de Marseille voulait décorer de la médaille de la ville «le premier prix Goncourt marseillais». Elle confiera que Gaston la connaissait depuis les années de Résistance mais qu’il n’avait pas osé aborder la fille d’un diplomate classé «vichyste». Ils se voient d’abord clandestinement, à Bandol ou en Normandie. Parfois, François Mitterrand leur sert de chaperon. En 1973, elle devient madame Deferre, épouse d’un personnage romanesque et sulfureux: le dernier homme politique à s’être battu en duel. Après la mode et la littérature, la politique. À sa manière, Edmonde poursuit la grande tradition Charles-Roux. En 1974, Deferre était programmé pour devenir le premier ministre de Mitterrand. En 1981, il devient ministre de l’Intérieur. Elle est un personnage influent de la vie politique (elle règne sur la presse locale, soutient Bernard Tapie). Elle fait jaser en incarnant le mariage – pas si familier à l’époque – de l’argent et de la gauche: elle assure, pour faire un mot, qu’on peut aimer l’argent et ceux qui en manquent. Elle déconcerte aussi, barrant à Marseille ceux qui ont manqué à Defferre et présidant en 2002 le comité de soutien de Jean-Pierre Chevènement à la présidentielle. Elle préside jusqu’en 2011 la Société des amis du journal l’Humanité.

Personnalité de la République des lettres, unanimement respectée, elle était particulièrement fière d’une distinction à part: elle avait été faite caporal d’honneur de la Légion étrangère et ne manquait jamais la cérémonie annuelle de Camerone, chaque 30 avril à Aubagne.

Pas étonnant: elle était à l’image de cette institution: pleine de charme, mystérieuse et follement romanesque.

Source : Le Figaro : Décès de la romancière Edmonde Charles-Roux

Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84

Grazie maestro… Riposare in pace, Paix à son âme, Rest in Peace, RIP #EttoreScola #UnaGiornataParticolare #UneJournéeParticulière #abbiamoCosìAmato #NousNousSommesTantAimés #RIP

Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84


Ettore Scola has died at 84. His work includes A Special Day, a 1977 film featuring Marcello Mastroianni and Sophia Loren. Photograph: Antonio Calanni/AP

The film director Ettore Scola, a leading figure in Italian cinema for more than three decades, has died at the age of 84.

Scola’s work included A Special Day, a 1977 Golden Globe-winning and Oscar-nominated movie featuring Marcello Mastroianni as a persecuted radio journalist and Sophia Loren as a sentimental housewife, meeting against a backdrop of rising fascism in 1930s Italy.

He also wrote and directed We All Loved Each Other So Much, a 1974 comedy-drama about the postwar lives of three partisans fighting for the liberation of Italy. The film won the Golden prize at the ninth Moscow international film festival in 1975. The following year he won best director at the Cannes film festival for The Good, Bad and Ugly.

Related: The film that changed my life: Daniel Auteuil

Scola died on Tuesday in Rome’s polyclinic, where he had been in a coma since Sunday after being admitted to the hospital’s cardiac surgery unit, press reports said.

The Italian prime minister, Matteo Renzi, paid tribute to Scola, saying he was a “master” of the screen “with an ability that was as incredible as it was razor-sharp in reading Italy, its society and the changes it went through”.

On Twitter, Renzi wrote that his death “leaves a huge void in Italian culture”.

Dario Franceschini, the Italian minister of culture and tourism, tweeted: “A great teacher, an amazing man, young until the last day of his life.”

The French film and television actor Frédérique Bel shared an image of Loren and Mastroianni in A Special Day.

After entering the movie industry as a screenwriter in 1953, Scola got his first chance as director in 1964 with Let’s Talk About Women, an innovative work of nine vignettes in which Vittorio Gassman plays different characters who seduce women.

He directed 41 films over nearly 40 years, according to the Internet Movie Database.

Paolo Mereghetti, the Corriere della Sera’s cinema critic, said Scola had been a distinctive “political” voice in Italy’s postwar cinema.

A former member of the Italian Communist party, Scola even became minister of culture in a “shadow” cabinet set up by party leaders in 1989.

“He understood where Italy was going, and few cinema directors have that insight,” Mereghetti told the television channel Sky TG24.

Source: Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84

Italian film director Ettore Scola dies at 84


ROME: Film director Ettore Scola, a leading figure in Italian cinema for more than three decades, died on Tuesday at the age of 84, local media reported.Scola’s work included « A Special Day, » a 1977 Oscar-nominated movie featuring Marcello Mastroianni as a persecuted radio journalist and Sophia Loren as a sentimental housewife, meeting against a backdrop of rising fascism in 1930s Italy.

Italian film director Ettore Scola dies at 84

Ettore Scola with Margaretha von Trotta on April 29, 1987 (Image: AP)

He also wrote and directed « We All Loved Each Other So Much, » a 1974 comedy-drama about the post-war lives of three partisans fighting for the liberation of Italy.

Scola died in Rome’s polyclinic, where he had been in a coma since Sunday after being admitted to the hospital’s cardiac surgery unit, press reports said.

Italian Prime Minister Matteo Renzi paid tribute to Scola, saying he was a « master » of the screen, « with an ability that was as incredible as it was razor-sharp in reading Italy, its society and the changes it went through. »Italian film director Ettore Scola dies at 84

Ettore Scola at the 35th Cannes film festival (Image: AP)

After entering the movie industry as a screenwriter in 1953, Scola got his first chance as director in 1964 with « Let’s Talk About Women » — an innovative work of nine vignettes in which Vittorio Gassman plays different characters who seduce women.

He directed 41 films over nearly 40 years, according to the Internet movie database, IMDb.

Paolo Mereghetti, the Corriera della Sera daily’s cinema critic, said Scola was a distinctive « political » voice in Italy’s postwar cinema.

A former member of the Italian Communist Party, Scola even became minister of culture in a « shadow » cabinet set up by party leaders in 1989.Scola even became minister of culture in a « shadow » cabinet set up by party leaders in 1989.

« He understood where Italy was going, and few cinema directors have that insight, » Mereghetti told the television channel Sky.

Source: Italian film director Ettore Scola dies at 84

Ettore Scola, Italian Film Director, Dies at 84


Ettore Scola

Ettore Scola, Italian Film Director, Dies at 84

Italian Director Ettore Scola died today in Rome at the age of 84.

He had been in a coma since Sunday after being admitted to the cardiac surgery unit of a hospital in Rome, according to the reports.

Mr Scola’s work included A Special Day, a 1977 Oscar-nominated movie featuring Marcello Mastroianni as a persecuted radio journalist and Sophia Loren as a sentimental housewife, meeting against the backdrop of rising fascism in Italy of the 1930s.

« We All Loved Each Other So Much (C’eravamo tanto amati), was a wide fresco of post-World War II Italian life and politics, and dedicated to fellow director Vittorio De Sica ».

Italian premier Matteo Renzi said Scola had an incomparable way of reading Italian society and that his death « leaves an enormous hole in Italian culture ».

Scola directed 41 films and wrote the screenplay for nearly 90 movies. He was named Best Director by the Cannes Film Festival in 1974 and served on the festival’s jury in 1988.

The scene where the two actors move between sheets drying in the sun on the terrace of the apartment block where they are staying is one of the most handsome scenes in Italian cinema, film critic Francesco Castelnuovo said.

La France toujours préférée des touristes étrangers

La France a été plébiscitée par les touristes du monde entier en 2015

Même si les attentats de novembre ont pesé sur la fréquentation de fin d’année, l’Hexagone est demeuré la destination favorite des touristes en 2015.

En 2015, la France a conservé sa première place en nombre de touristes internationaux, selon les données publiées lundi par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). L’Hexagone devance ainsi les États-Unis, l’Espagne et la Chine. Les actes terroristes ont pourtant pesé sur le choix des voyageurs, rapporte l’OMT. Mais il semble que l’Afrique du Nord (- 8 %) et en particulier la Tunisie en aient le plus souffert.

Globalement, le nombre de touristes continue à progresser avec près de 1,18 milliard de personnes ayant fait du tourisme à l’étranger en 2015 (+ 4,4 % par rapport à 2014), l’Europe restant la région du monde la plus visitée. La croissance devrait se poursuivre ces prochaines années avec 1,4 milliard de touristes internationaux d’ici à 2020.

«Le tourisme international continue à croître fortement» et «il n’y aura pas d’impact à moyen et long terme» des attaques terroristes, a assuré Taleb Rifai, le secrétaire général de l’OMT. En Île-de-France, les professionnels de l’hôtellerie dressent un bilan beaucoup plus alarmant à l’aune de la fréquentation touristique de novembre et des tendances pour le mois de décembre. Les attentats ont fait fuir les Russes (- 37 %) et les Japonais (- 30 %), selon le comité régional du tourisme. À Noël et au jour de l’An, la baisse de fréquentation avoisinerait 25 %. Toutes nationalités confondues, la baisse de touristes atteindrait 5,4 %, selon l’Insee et le comité régional du tourisme d’Île-de-France.

D’après les chiffres de Fowardkeys, les réservations des vols internationaux vers Paris au premier semestre 2016 ont pris un retard de 17 % par rapport à l’année 2015. «Les volumes ne sont pas encore revenus à la normale», observe-t-on. Les voyageurs venus des États-Unis affichent un «retard» de 7,4 % et de Chine, de 13 % malgré l’arrivée du Nouvel An chinois.

Source : Le Figaro : La France toujours préférée des touristes étrangers

L’écrivain Michel Tournier, auteur du « Roi des aulnes » et de « Vendredi ou la vie sauvage », est mort à l’âge de 91 ans

L’écrivain Michel Tournier est mort à l’âge de 91 ans
Le Monde |

Il ne pensait pas grand bien de la vieillesse, se plaignait de s’ennuyer et de ne plus pouvoir voyager à ceux qui venaient lui rendre visite dans sa retraite de la vallée de Chevreuse, le presbytère de Choisel où il s’était installé il y a plus d’un demi-siècle. Venu tardivement à l’écriture – il avait 42 ans lors de la parution de son premier roman –, Michel Tournier avait cessé de publier des fictions au mitan des années 1990. Il laisse derrière lui une œuvre saluée, dès ses prémices, pour son importance, sa capacité à mêler les mythes et l’Histoire, le prosaïque et la transcendance, mais numériquement peu conséquente, au regard de sa longévité – neuf romans pour adultes et enfants, une poignée de recueils de contes et nouvelles, quelques essais ; au printemps 2015, Gallimard avait fait paraître Lettres parlées à son ami allemand Hellmut Waler, 1967-1998. Régulièrement cité pour le prix Nobel de littérature, Michel Tournier est mort le 18 janvier chez lui, à Choisel, entouré de ses proches, a précisé son filleul, Laurent Feliculis, que l’écrivain considérait comme son fils adoptif. Il avait 91 ans.
Né en 1924 dans une famille de germanistes – son père a abandonné l’enseignement de l’allemand pour se lancer dans le commerce –, Michel Tournier se destine à la philosophie, qu’il étudie, au lendemain de la seconde guerre mondiale, à l’Université de Tübingen. Rentré en France après avoir obtenu sa licence, cet admirateur de Kant, dont il se targuera toute sa vie d’être l’un des rares propriétaires de l’œuvre intégrale en allemand, et de Jean-Paul Sartre, son « père spirituel », renonce à ses projets après avoir échoué à l’agrégation à deux reprises. Il répétera souvent qu’il n’aurait pas écrit s’il avait été reçu à cet examen.

« Vendredi ou la vie sauvage » et « Le Roi des aulnes »
Ami de Gilles Deleuze, Roger Nimier ou Pierre Boulez, il commence à travailler pour la Radio-diffusion télévision française, puis Europe 1, avant d’entrer comme lecteur et traducteur de l’allemand (notamment d’Erich Maria Remarque) chez Plon. Au début des années 1960, ce passionné de photographie présente l’émission télévisuelle « Chambre noire ». En 1970, il sera à l’origine des Rencontres d’Arles, premier festival mondial consacré à cet art.

Entre temps, il a fait une entrée extrêmement remarquée sur la scène littéraire, en publiant chez Gallimard (qui publiera l’essentiel de son œuvre) Vendredi ou les Limbes du Pacifique (1970), le premier roman de sa production qu’il ait estimé digne d’être présenté à un éditeur. Le succès, public et critique, est immédiat, pour cette relecture rousseauiste du mythe de Robinson, qui obtient le Grand Prix de l’Académie française. En 1971, il réécrit pour les enfants ce premier roman, sous la forme de Vendredi ou la vie sauvage. Etudié dans les classes, vendu par millions d’exemplaires, celui-ci restera la « rente » et le « livre-fétiche », comme il le disait, de celui qui ne conçoit pas d’écrire pour n’être pas lu.

Trois ans après Vendredi paraît Le Roi des aulnes, qui vaut à son auteur le Prix Goncourt, attribué à l’unanimité. Ce roman emprunte son titre à un célèbre poème de Goethe et raconte l’histoire d’Abel Tiffauges, français emprisonné en Allemagne à la suite de la drôle de guerre, qui, après avoir croisé Göring, finira par devenir « l’ogre de la forteresse de Kaltenbom » recrutant de force des enfants destinés à périr dans la défense de cette forteresse lors de l’invasion soviétique. Si ce texte démontre la grande connaissance que possède Tournier de la civilisation germanique, il déploie toute la limpidité de son écriture pour conjuguer réalisme et magie, ou plutôt une forme de surnaturel : son grand modèle littéraire est le Trois contes de Flaubert. Avec ce deuxième roman, l’écrivain indique aussi la place prépondérante que tiendra l’exploration des figures célèbres et des personnages légendaires dans son œuvre. A l’ogre de Kaltenbom répondra ainsi en 1978 celui, « hippie », du Coq de Bruyère. En 1975, Les Météores, le troisième grand roman de Michel Tournier achève de prouver cette fascination pour les mythes : il y explore celui de Castor et Pollux à travers des personnages gémeaux. La place qu’y tiennent les ordures ménagères témoigne, elle, de l’intérêt de Tournier pour ce qu’il désigne comme une « esthétique du merveilleux sordide » – sachant qu’il ne dédaigne pas une pointe de scatologie, si elle se mêle de philosophie, comme c’était le cas dans Vendredi et Le Roi des aulnes.

Lauréat puis membre du jury du prix Goncourt
Ses trois premiers romans resteront, de l’avis général, les grandes œuvres de Michel Tournier. Il est devenu un personnage incontournable de la vie littéraire, même s’il vit, retiré, à Choisel, pour en éviter la plupart des tentations. Depuis 1973, il fait partie du jury du prix Goncourt. Ses livres continuent d’être accueillis comme des événements. Ainsi des nouvelles du Coq de Bruyère (1978) ou de son quatrième roman, Gaspard, Melchior et Balthazar (1980), sur les rois mages, où il montre le visage, nouveau, d’un mystique. Ainsi, encore de Gilles et Jeanne (1983), dans lequel il se penche sur les personnages de la Pucelle et de Gilles de Rai, son maréchal devenu ogre. En 1985, La Goutte d’or lui permet d’évoquer sa passion de la photographie à travers le parcours d’un jeune berbère, qu’un cliché pris par une touriste a dépossédé de son image, et qui part à la recherche de cette femme, ce qui lui fera connaître le racisme en France.

Dans les années 1980 et 1990, Michel Tournier est devenu à ce point central dans la littérature française que François Mitterrand vient, à quatre reprises, lui rendre visite dans son abbaye au cours de ses deux mandats. Installé à Choisel mais peu porté sur le mythe de l’écrivain retiré dans sa tour d’ivoire, il s’exprime beaucoup dans les médias, français et étrangers, ne dédaignant pas faire assaut de propos provocateurs ou choquants. En 1989, ce célibataire enthousiaste déclare au journal Newsweek : « Les avorteurs sont les fils et les petits fils des monstres d’Auschwitz. Je voudrais rétablir la peine de mort pour ces gens là » – il justifie plus tard ces propos, qu’il ne renie pas, par un dégoût « viscéral » pour l’interruption volontaire de grossesse. En 1996, il affirme que la loi Gayssot, qui qualifie de délit la contestation de crime contre l’humanité, transforme « un fait historique en un article de foi dont la négation devient un blasphème » – sa phrase établissant un parallèle entre la Shoah et le dogme de l’Immaculée Conception.

Ses camarades de l’académie Goncourt le défendent toujours, et il est un pilier de la vie littéraire. Ses livres, nouvelles, romans, essais, sont publiés et traduits dans le monde entier, tandis que lui, fier d’être devenu un « auteur scolaire » passe une grande partie de son temps dans les écoles, à expliquer son œuvre et communiquer le plaisir de la lecture aux enfants. Même s’il écrit, lui, de moins en moins.

En 2009, il décide de quitter l’Académie Goncourt, à cause de son âge, de la fatigue et de son manque d’appétit – nécessaire pour les agapes délibératives chez Rouant. Apparaissant éternellement coiffé, ces dernières années, d’un petit bonnet de laine, cet ancien amoureux des voyages (notamment en Afrique subsaharienne et au Canada) se dira jusqu’au bout satisfait de l’existence qu’il a menée. En 2002, l’amateur de « vrai roman » allergique à l’évocation de l’intime, avait fait paraître un Journal Extime, dans lequel il écrivait : « Une idée pour le paradis : après ma mort, je suis placé devant un panorama où toute ma vie est étalée dans les moindres épisodes. Libre à moi de revenir sur celui-ci ou celui-là et de le revivre (…) C’est que je suis dévoré de nostalgie et de regret en me souvenant de scènes de ma vie auxquelles je n’ai pas accordé l’attention qu’elles méritaient. »

Michel Tournier en 7 dates
19 décembre 1924 : naissance à Paris1945-1949 : études de philosophie à l’Univesité de Tübingen, où il rencontre Gilles Deleuze1967 : Vendredi reçoit le Grand prix du Roman de l’Académie1970 : Prix Goncourt pour Le roi des aulnes. Michel Tournier devient membre de l’académie Goncourt deux ans plus tard1975 : Les météores1985 : La Goutte d’or2009 : démission de l’académie Goncourt

Source: L’écrivain Michel Tournier est mort à l’âge de 91 ans

L’écrivain Michel Tournier, auteur du « Roi des aulnes » et de « Vendredi ou la vie sauvage », est mort à l’âge de 91 ans
Par Francetv info avec AFP

L’écrivain de 91 ans s’est éteint à son domicile de Choisel (Yvelines). Michel Tournier, l’un des grands auteurs français de la seconde moitié du 20e siècle, Prix Goncourt pour Le roi des aulnes en 1970, est mort entouré de ses proches, a annoncé son filleul, Laurent Feliculis, que l’écrivain considérait comme son fils adoptif. « Il est décédé à 19 heures ce soir », a-t-il précisé.

Son décès a également été confirmé par le premier adjoint au maire de Choisel, Frédéric Julhes.

Ancien enseignanant devenu romancier reconnu, il écrivait également pour la jeunesse avec des œuvres comme Vendredi ou les limbes du Pacifique (1967), son premier roman, publié à l’âge de 42 ans, ainsi que Vendredi ou la Vie sauvage (1971). Les deux œuvre, inspirées du livre Robinson Crusoé, ont marqué plusieurs générations d’écoliers.

Dans Les Météores (1975), il réinterprétait le mythe de Castor et Pollux. Cinq ans plus tards, il se penchait sur l’histoire des rois mages ,dans Gaspard, Melchior & Balthazar. Lui qui aimait réinterpréter les mythe s’est également attaqué à Barbe-Bleue et à Gilles de Rais dans Gilles et Jeanne (1983).

Il avait également écrit de nombreux contes et nouvelles, ainsi que des essais. Sa dernière publication, Je m’avance masqué, constituée d’entretiens avec le journaliste et romancier Michel Martin-Roland, était parue en 2011.

Sur le même sujet A lire sur
Source: L’écrivain Michel Tournier, auteur du « Roi des aulnes » et de « Vendredi ou la vie sauvage », est mort à l’âge de 91 ans

Décès de l’écrivain Michel Tournier, Prix Goncourt en 1970
L’écrivain Michel Tournier, l’un des grands auteurs français de la seconde moitié du XXe siècle, Prix Goncourt pour Le roi des Aulne en 1970, est décédé lundi à l’âge de 91 ans, chez lui à Choisel, ont indiqué ses proches et la mairie de cette commune des Yvelines.

« Il est décédé à 19 heures ce soir », entouré de ses proches, a précisé son filleul, Laurent Feliculis, que l’écrivain considérait comme son fils adoptif.

Son décès a également été confirmé par le premier adjoint au maire de Choisel, Frédéric Julhes. L’écrivain habitait depuis plus d’un demi-siècle dans l’ancien presbytère du village.

Un fonds consacré à Michel Tournier a été créé en 1996 à la bibliothèque universitaire d’Angers. Il rassemble la somme la plus riche de documents, livres, traductions, articles, mémoires, portant sur l’écrivain.

Source: Décès de l’écrivain Michel Tournier, Prix Goncourt en 1970

Australian Open 2016 Draw Results: Full List of Seedings and Brackets

Australian Open 2016 Draw Results: Full List of Seedings and Brackets

Defending champions Novak Djokovic and Serena Williams.

Defending champions Novak Djokovic and Serena Williams.

Robert Deutsch-USA TODAY Sports

Ahead of Friday’s main draw, all 32 seeds have been announced for the men’s and women’s sides at the 2016 Australian Open.

To the surprise of no one, defending Australian Open champions Novak Djokovic and Serena Williams will be the top seeds. That duo has a lot to live up to after they both won three major titles last year, but they’ve been playing at a level far beyond anyone else that they will handle the pressure just fine.

Here’s the full list of seedings for this year’s Australian Open that begins on Jan. 18:

2016 Australian Open Seeds Novak Djokovic 1 Serena Williams Andy Murray 2 Simona Halep Roger Federer 3 Garbine Muguruza Stan Wawrinka 4 Agnieszka Radwanska Rafael Nadal 5 Maria Sharapova Tomas Berdych 6 Petra Kvitova Kei Nishikori 7 Angelique Kerber David Ferrer 8 Venus Williams Jo-Wilfried Tsonga 9 Karolina Pliskova John Isner 10 Carla Suarez Navarro Kevin Anderson 11 Timea Bacsinszky Marin Cilic 12 Belinda Bencic Milos Raonic 13 Roberta Vinci Gilles Simon 14 Victoria Azarenka David Goffin 15 Madison Keys Bernard Tomic 16 Caroline Wozniacki Benoit Paire 17 Sara Errani Feliciano Lopez 18 Elina Svitolina Dominic Thiem 19 Jelena Jankovic Fabio Fognini 20 Ana Ivanovic Viktor Troicki 21 Ekaterina Makarova Ivo Karlovic 22 Andrea Petkovic Gael Monfils 23 Svetlana Kuznetsova Roberto Bautista Agut 24 Sloane Stephens Jack Sock 25 Samantha Stosur Guillermo Garcia-Lopez 26 Anastasia Pavlyuchenkova Grigor Dimitrov 27 Anna Karolina Schmiedlova Andreas Seppi 28 Kristina Mladenovic Nick Kyrgios 29 Irina-Camelia Begu Jeremy Chardy 30 Sabine Lisicki Steve Johnson 31 Lesia Tsurenko Joao Sousa 32 Caroline Garcia

Source: AusOpen.com

The 2016 Australian Open has not even started, yet there are a litany of health problems on the women’s side that could greatly open up the field.

According to Agence France-Presse (via Yahoo Sports), the list of key women’s players who have been hindered leading up to tennis’ first major is a murderers’ row group of players who would normally be among the list of favorites.

World number one Serena Williams is chief among the injury concerns after she pulled out of the Hopman Cup exhibition tournament with a sore knee. But the 21-time Grand Slam-winner is not alone, with only her sister Venus and Flavia Pennetta — who has retired — unscathed among the women’s top 10. Simona Halep, Garbine Muguruza, Agnieszka Radwanska and Maria Sharapova have all pulled out of build-up tournaments because of injury concerns.

The report also mentioned that Petra Kvitova and Angelique Kerber have been fighting gastroenteritis. Lucie Safarova has withdrawn from the Australian Open with a bacterial infection.

It’s unclear how much injuries to these players were the result of actual problems and how much they felt a twinge and wanted to make sure everything would be fine by the time the biggest major arrived.

If things do work out according to seeds, the quarterfinals will look like this, per the Australian Open:

Sharapova vs. Williams is the headliner in that group, though that’s been one of the most lopsided « rivalries » in sports, with Williams holding an 18-2 edge that includes 17 straight victories.

Williams did end last year on the shelf with injuries, withdrawing from her final two tournaments, so she will be under the microscope. The world’s top-ranked player did say leading up to the event she was feeling good, per the Herald Sun (via Adam Smith of the Daily Mail).

« My body is feeling great now, obviously I had a hiccup but right now it is doing much better. I’ve had a few days of training so it’s looking good, » Williams said.

Ben Rothenberg of the New York Times did include Williams in his list of winners coming out of the draw:

As long as Williams is standing, she will be the favorite to win. But there’s a lot more depth on the women’s side than there has been in a long time, so this could be the year for Simona Halep to get her first major victory or for Garbine Muguruza to advance to her first Australian Open final.

Men’s Draw

The never-ending question in men’s tennis is, when does Roger Federer‘s decline start? He’s going to play most of this year at age 34, which is young by normal standards but ancient in the tennis world.

Federer has been usurped by Djokovic in the rankings, but he’s also gone three full seasons without winning a major. He’s come close many times, losing three finals since 2014, but the fastball has lost a couple of miles per hour.

While no one is specifically writing Federer’s tennis eulogy heading into the Australian Open, there is more of talk around him that the end is coming.

Here’s what former player Younes El Aynaoui told ATP’s YouTube channel (via Gatto Luigi of Tennis World USA) about Federer’s career and future.

« For the way he plays he is near to do it, he is not far away, » El Aynaoui said.  » I hope we will see him playing for a few more years, it’s amazing the way he hits the ball. »

It’s certainly a compliment to have players, both past and present, praise the job you’ve done, but it does sound like the expectation is Federer’s end will come sooner than later.

Last year’s Australian Open was Federer’s worst run in a Grand Slam tournament since 2013. He was knocked out in the third round by Andreas Seppi in four sets. He responded with a quarterfinal run in the French Open and a runner-up finish at Wimbledon and the U.S. Open.

Federer is set up to make a deep run, as ESPN Tennis points out he would have the second-easiest quarterfinal matchup if seeds hold:

Unfortunately, Djokovic would be waiting for Federer in the semifinals if things work out in the quarterfinals for the higher seeds.

Things don’t look easier for Rafael Nadal in his quest for a strong comeback season, with freelance sports writer Simon Cambers noting Stan Wawrinka and Andy Murray are on the bottom half of the bracket with him.

Depth isn’t a strength for men’s tennis right now. Djokovic is the best in the world by far. Murray had a terrific bounce-back season in 2015, reaching the semifinals in three majors. Wawrinka, who is seeded behind Federer in this tournament, is arguably the second-best men’s player in the world and was the only person to defeat Djokovic in a major last year.

Federer has proved he can withstand almost any challenge thrown in front of him. Time is the one thing no athlete can outrun. He’s going to slow down at some point, but this year’s Australian Open will provide the best evidence yet of how much is left in the tank.

Source: Australian Open 2016 Draw Results: Full List of Seedings and Brackets

In his 20th consecutive and final Australian Open appearance, Hewitt will take on fellow Australian James Duckworth.

No. 2 seed Andy Murray takes on emerging German Alexander Zverev, with David Ferrer in the Brit’s quarter.

Awaiting Roger Federer in the first round is Nikoloz Basilashvili.

Rafael Nadal faces a fellow Spaniard to start his campaign, taking on Fernando Verdasco — a player he has beaten on 15 of 17 occasions.

In Nadal’s quarter is Stan Wawrinka, who opens against Dmitry Tursunov.

Notable first-round matches:

Novak Djokovic (1) vs. Chung Hyeon

Andy Murray (2) vs. Alexander Zverev

Roger Federer (3) vs. Nikoloz Basilashvili

Stan Wawrinka (4) vs. Dmitry Tursunov

Rafael Nadal (5) vs. Fernando Verdasco

Tomas Berdych (6) vs. Yuki Bhambri

Lleyton Hewitt vs. James Duckworth

Jo-Wilfried Tsonga (9) vs. Marcos Baghdatis

Kei Nishikori (7) vs. Philipp Kohlschreiber

In his 20th consecutive and final Australian Open appearance, Hewitt will take on fellow Australian James Duckworth.

No. 2 seed Andy Murray takes on emerging German Alexander Zverev, with David Ferrer in the Brit’s quarter.

Awaiting Roger Federer in the first round is Nikoloz Basilashvili.

Rafael Nadal faces a fellow Spaniard to start his campaign, taking on Fernando Verdasco — a player he has beaten on 15 of 17 occasions.

In Nadal’s quarter is Stan Wawrinka, who opens against Dmitry Tursunov.

Australia was thrown a curveball as Lleyton Hewitt, playing the final tournament of his career, drew fellow Aussie James Duckworth in the first round. Hewitt is making a record-extending 20th appearance at the Australian Open and will take on his country’s Davis Cup captaincy upon his retirement.

Should Hewitt get past Duckworth, he could face eighth-seeded Ferrer.

There are two seeded Aussies in the draw with Nick Kyrgios (No.29), who opens against Pablo Carreno Busta, landing in Tomas Berdych’s section and Federer’s quarter, while 16th-seeded Bernard Tomic is a potential dangerous fourth round opponent for Murray.

Federer has a possible daunting third round in his path against No.27 seed Grigor Dimitrov.

Men’s projected quarter-finals

Top half

Novak Djokovic (SRB x1) v Kei Nishikori (JPN x7)

Roger Federer (SUI x3) v Tomas Berdych (CZE x6)

Bottom half

Stan Wawrinka (SUI x4) v Rafael Nadal (ESP x5)

Andy Murray (GBR x2) v David Ferrer (ESP x8)

Women’s projected quarter-finals

Top half

Serena Williams (USA x1) v Maria Sharapova (RUS x5)

Agnieszka Radwanska (POL x4) v Petra Kvitova (CZE x6)

Bottom half

Garbine Muguruza (ESP x3) v Angelique Kerber (GER x7)

Simona Halep (ROU x2) v Venus Williams (USA x8)

Notable first rounds

Men’s singles

Novak Djokovic (1) vs. Chung Hyeon

Andy Murray (2) vs. Alexander Zverev

Roger Federer (3) vs. Nikoloz Basilashvili

Stan Wawrinka (4) vs. Dmitry Tursunov

Rafael Nadal (5) vs. Fernando Verdasco

Tomas Berdych (6) vs. Yuki Bhambri

Kei Nishikori (7) vs. Philipp Kohlschreiber

Jo-Wilfried Tsonga (9) vs. Marcos Baghdatis

Nick Kyrgios (AUS 29) v Pablo Carreno Busta (ESP)

Jeremy Chardy (FRA 30) v Ernests Gulbis (LAT)

Lleyton Hewitt vs. James Duckworth

Women’s singles

Serena Williams (USA 1) v Camila Giorgi (ITA)

Caroline Wozniacki (DEN 16) v Yulia Putintseva (KAZ)

Kristina Mladenovic (FRA 28) v Dominika Cibulkova (SVK)

Etats-Unis/Las Vegas: René Angélil, mari et imprésario de Céline Dion, est décédé

RIP René Angélil. Il va énormément nous manquer 😦

World Vision

celine-dion-rene Céline et ses derniers moments avec René Angelil

Le mari et imprésario de Céline Dion est décédé à 73 ans .

Sur son compte Facebook, la chanteuse annonce:

« C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons que René Angélil, 73 ans, est décédé ce matin à sa résidence de Las Vegas après un long et courageux combat contre le cancer. La famille souhaite vivre le deuil en toute intimité. D’autres informations vous seront communiquées dans les prochains jours».

René Angélil avait été opéré le 23 décembre 2013 pour se faire enlever une tumeur cancéreuse à la gorge. Après une intervention réussie et une convalescence passée chez lui à Las Vegas, autour de sa famille. Il continuait de mener son combat contre la maladie.

Rappelons que le gérant vedette a déjà eu un cancer de la gorge en 1999. Il a depuis créé la chaire de recherche en oncologie ORL Dr…

Voir l’article original 105 mots de plus

Rene Angelil Dies: 5 Things To Know About Celine Dion’s Late Husband

Hollywood Life

This is so sad. We’re not sure if our hearts will go on, as Celine Dion’s husband, Rene Angelil, has lost his long and strenuous battle with cancer on Jan. 14. Thankfully, he was surrounded by his family and loved ones when he died. In an effort to celebrate his life, we’ve put together a list of things you should know about this wonderful man.

The world is a much lonelier place today, as Celine Dion‘s husband, Rene Angelil, lost his long battle with cancer, his rep confirmed on Jan. 14. Not only was he a lover, manager and mentor to Celine, but he was also so much more over the course of his lifetime. Find out everything you’d want to know about Rene here.

Voir l’article original 213 mots de plus

Tributes for iconic singer David Bowie

LONDON (AP) — Tributes have poured in for singer David Bowie, who died Sunday aged 69. Politicians, entertainers, actors and astronauts have expressed their sadness about his passing. Here is a look at some of the reactions:

Bowie’s son, director Duncan Jones, posted a picture of his smiling father on Twitter:

« Very sorry and sad to say it’s true. I’ll be offline for a while. Love to all. »

___

Astronaut Tim Peake, who is aboard the International Space Station:

« Saddened to hear David Bowie has lost his battle with cancer – his music was an inspiration to many. »

___

German Foreign Office:

« Good-bye, David Bowie. You are now among #Heroes. Thank you for helping to bring down the #wall. »

__

The Rolling Stones:

« The Rolling Stones are shocked and deeply saddened to hear of the death of our dear friend David Bowie. As well as being a wonderful and kind man, he was an extraordinary artist, and a true original. »

___

Madonna:

« Im Devastated! (sic) This great Artist changed my life! First concert i (sic) ever saw in Detroit! »

___

Iggy Pop:

« David’s friendship was the light of my life. I never met such a brilliant person. He was the best there is. »

___

Harry Potter author J.K. Rowling:

« I wish he could have stayed on earth longer. RIP. »

___

Archbishop of Canterbury Justin Welby told the BBC he remembered Bowie’s early rise to stardom:

« I remember sitting listening to his songs endlessly in the ’70s particularly and always really relishing what he was, what he did, the impact he had, » Welby said. « Extraordinary person. »

___

British Prime Minister David Cameron:

« Genius is an over-used word but I think musically, creatively, artistically David Bowie was a genius. »

« For someone of my age he provided a lot of the soundtrack of our lives. »

___

Former British Prime Minister Tony Blair:

« From the time I saw his Ziggy Stardust concert as a student, I thought he was a brilliant artist and an exciting and interesting human being. »

___

London Mayor Boris Johnson:

« No-one in our age has better deserved to be called a genius. »

___

Comedian Ricky Gervais:

« I just lost a hero. RIP David Bowie. »

___

Rapper Kanye West:

« David Bowie was one of my most important inspirations, so fearless, so creative, he gave us magic for a lifetime. »

___

Singer Pharrell Williams:

« David Bowie was a true innovator, a true creative. May he rest in peace. »

__

Actor Mark Ruffalo:

« Rip Father of all us freaks. Sad sad day. Love always. »

© 2016 The Associated Press. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed.

Source: Tributes for iconic singer David Bowie

10 defining moments in the career of David Bowie

Jill Lawless, Associated Press

Updated 5:04 am, Monday, January 11, 2016

 

10 defining moments in the career of David Bowie

 

LONDON (AP) — It took years of hard work for David Jones to become David Bowie. The aspiring artist was a teen popster, a hippy-ish folkie and a purveyor of novelty records (« The Laughing Gnome, » best forgotten), before emerging from his chrysalis to become one of the most unpredictable and influential figures in music.

Here are 10 defining moments from the career of rock’s greatest chameleon:

1. « Space Oddity » — Bowie first displayed his knack for seizing the zeitgeist with this out-of-this-world track released in 1969, the year of the first moon landing. Beautiful and melancholy, it told the story of astronaut Major Tom, adrift in space, lamenting « Planet Earth is blue and there’s nothing I can do. » Real-life astronauts embraced the song, with Cmdr. Chris Hadfield memorably performing it aboard the International Space Station in 2013.

2. « Hunky Dory » — Bowie appeared on the cover of this 1971 album as an androgynous figure with long golden locks — one in an ever-changing array of styles and personas he would adopt and abandon. The songs explored sexual ambiguity, fame, new fatherhood and more. « Changes » was almost a career mission statement, while « Life on Mars, » the tale of a misfit girl and her wild imagination, became one of his most enduring hits and gave its name to a 2006 TV show set in the 70s.

3. Ziggy Stardust — Bowie adopted the persona of the flame-haired alien rock star for his 1972 album « The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars. » A generation of teenagers stopped and stared when the androgynous, seductive character appeared on British TV show « Top of the Pops » performing « Starman. » Ziggy made Bowie a star, but even then he was clear-eyed about the capricious nature of fame and ruthless about moving on: « When the kids had killed the man, we had to break up the band, » he sang on the album’s title track.

4. « Young Americans » — After Bowie killed off Ziggy in 1973, he moved through guises including the edgy Aladdin Sane before going to the United States and immersing himself in the sound of Philadelphia soul. Produced by frequent collaborator Tony Visconti and featuring a roster of funk and soul talent that included guitarist Carlos Alomar and a young Luther Vandross, his 1975 album « Young Americans » was a complete change of pace, and featured the exuberant title track and the acid-tipped dancefloor-filler « Fame, » co-written by John Lennon.

5. « The Man Who Fell to Earth » — Bowie was perfectly cast as an alien adrift in the New Mexico desert in Nicholas Roeg’s 1976 film, which opened up a parallel career path as an actor. He went on to play parts including a World War II prisoner of war in « Merry Christmas, Mr. Lawrence, » a vampire in « The Hunger, » Pontius Pilate in « The Last Temptation of Christ » and Andy Warhol in « Basquiat. » On Broadway, critics praised him as disfigured Victorian John Merrick in « The Elephant Man » in 1980.

6. « Heroes » — Exhausted by work and too much cocaine, Bowie holed up in West Berlin in 1976, and — working with synth pioneer Brian Eno — produced three of the most remarkable albums of his career. « Low, »  »Heroes » and « Lodger » fused electronic experimentation and Cold War anxiety into a sound that inspired a new crop of musicians. The 1977 single « Heroes, » a defiant shout of love in the face of potential armageddon, became an anthem for a generation.

7. « Ashes to Ashes » — « Ashes to ashes, funk to funky, we know Major Tom’s a junkie »: The first single from Bowie’s 1980 album « Scary Monsters (and Super Creeps) » is a bittersweet sequel to « Space Oddity » that Bowie called his epitaph for the 1970s. It also saw him looking to the future and embracing the new art form of music videos, with an eerie clip in which Bowie appeared as a spectral Pierrot alongside figures from London’s emerging New Romantic scene.

8. « Let’s Dance » — Bowie embraced the mainstream — or the mainstream finally caught up with him — in 1983 for one of his biggest albums, considered by many to be the last flourish of his golden period. « Put on your red shoes and dance the blues, » Bowie sang, and the fans obeyed, flocking to shows on a monster North American tour.

9. After a decade of public silence, Bowie took fans and music critics by surprise in 2013 with a new album, « The Next Day. » It saw the musician looking back on songs such as « Where Are We Now, » which referenced his 1970s Berlin days. Fans hoped — in vain — that the new songs meant Bowie might return to live performance.

10. « Blackstar » — Another surprise album was released Jan. 8, Bowie’s 69th birthday — a jazz-inflected journey that saw Bowie continuing to explore new sonic worlds. In the video for the title track, a blindfolded Bowie offered enigmatic incantations on life and death. Two days later, Bowie died aged 69, following a battle with cancer. Music writer Graeme Thomson captured the shock felt by many: « We were so thrilled to have him back, we failed to notice he was saying goodbye, » he tweeted.

Follow Jill Lawless on Twitter at http://Twitter.com/JillLawless

Legendary musician David Bowie dies of cancer at 69

AP Photo AP Photo/RON FREHM

NEW YORK (AP) — David Bowie, the other-worldly musician who broke pop and rock boundaries with his creative musicianship, nonconformity, striking visuals and a genre-spanning persona he christened Ziggy Stardust, died of cancer Sunday. He was 69 and had just released a new album.

Bowie, whose hits included « Fame, »  »Heroes » and « Let’s Dance, » died « peacefully » and was surrounded by family, representative Steve Martin said early Monday. The singer had fought cancer for 18 months.

Long before alter egos and wild outfits became commonplace in pop, Bowie turned the music world upside down with the release of the 1972 album, « The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars » which introduced one of music’s most famous personas. Ziggy Stardust was a concept album that imagined a rock star from outer space trying to make his way in the music world. The persona – the red-headed, eyeliner wearing Stardust – would become an enduring part of his legacy, and a touchstone for the way entertainers packaged themselves for years to come.

Bowie turned 69 on Friday, the same day as he released a new album called « Blackstar. »

« While many of you will share in this loss, we ask that you respect the family’s privacy during their time of grief, » said a statement issued via his social media accounts. No more details were provided.

The singer, who was born David Jones in London, came of age in the glam rock era of the early 1970s. He had a striking androgynous look in his early days and was known for changing his appearance and sounds. After Ziggy Stardust, the stuttering rock sound of « Changes » gave way to the disco soul of « Fame, » co-written with John Lennon, to a droning collaboration with Brian Eno in Berlin that produced « Heroes. »

He had some of his biggest successes in the early 1980s with the bombastic « Let’s Dance, » and a massive American tour. Another one of his definitive songs was « Under Pressure, » which he recorded with Queen; Vanilla Ice would years later infamously use the song’s hook for his smash hit « Ice Ice Baby. »

« My entire career, I’ve only really worked with the same subject matter, » Bowie told The Associated Press in a 2002 interview. « The trousers may change, but the actual words and subjects I’ve always chosen to write with are things to do with isolation, abandonment, fear and anxiety – all of the high points of one’s life. »

Bowie lived in West Berlin in the late 1970s and Mayor Michael Mueller said Monday that « Heroes » became « the hymn of our then-divided city and its longing for freedom. »

Germany’s Foreign Ministry added Bowie was « now among heroes » and thanked him for « helping to bring down the wall. »

Bowie’s performance of « Heroes » was also a highlight at a concert for rescue workers after the 2001 World Trade Center attacks.

« What I’m most proud of is that I can’t help but notice that I’ve affected the vocabulary of pop music. For me, frankly, as an artist, that’s the most satisfying thing for the ego, » Bowie said.

He was inducted into the Rock and Roll Hall of Fame in 1996, but he didn’t attend the ceremony. Madonna, another artist who knew something about changing styles to stay ahead of the curve, accepted for him and recounted how a Bowie concert changed her life when she attended it as a teenager. David Byrne, of the art rockers Talking Heads, inducted Bowie and said he gave rock music a necessary shot in the arm.

« Like all rock ‘n’ roll, it was visionary, it was tasteless, it was glamorous, it was perverse, it was fun, it was crass, it was sexy and it was confusing, » Byrne said.

Bowie kept a low profile in recent years after reportedly suffering a heart attack in the 2000s. He made a moody album three years ago called « The Next Day » – his first recording in a decade which was made in secret in New York City. « Blackstar, » which earned positive reviews from critics, represented yet another stylistic shift, as he gathered jazz players to join him.

He released a music video on Friday for the new song « Lazarus, » which shows a frail Bowie lying in bed and singing the track’s lyrics. The song begins with the line: « Look up here, I’m in heaven. »

Tributes poured in for the singer after the announcement of his death. British astronaut Tim Peake tweeted about his sadness from outer space aboard the International Space Station, saying « his music was an inspiration to many. »

British Prime Minister David Cameron tweeted that Bowie’s death is « a huge loss. » He wrote he had grown up listening to and watching Bowie and called the singer a « master of reinvention » and a pop genius who kept on getting it right.

The Rolling Stones wrote they were « shocked and deeply saddened to hear of the death of our dear friend David Bowie. As well as being a wonderful and kind man, he was an extraordinary artist, and a true original. »

Bowie felt uneasy about some of his greatest material, once embarking on a « greatest hits » tour saying it would be the last time performing much of his old material. He later relented, however.

« I’m not a natural performer, » he said in the 2002 interview. « I don’t enjoy performing terribly much. Never have. I can do it and, if my mind’s on the situation, do it quite well. But five or six shows in, I’m dying to get off the road and go back into the studio. »

Bowie was married twice, to the actress and model Mary Angela « Angie » Barnett from 1970-80, and to international supermodel Iman since 1992. He had two children – Duncan Jones and Alexandria Zahra Jones – one with each wife.

AP entertainment writer Dave Bauder in New York and Danica Kirka in London contributed to this report.

This story has been corrected to show the accurate spelling of Bowie’s daughter’s first name is Alexandria, not Alexandra; that he co-wrote the song « Fame, » not « Young Americans » with John Lennon; and to show the correct title of the album is « The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars. »

Online:

http://davidbowie.com/blackstar/

Décès de David Bowie, pluie d’hommages à une légende du rock

Happy Birthday David Bowie!

La légende du rock britannique David Bowie est décédée dimanche à 69 ans d’un cancer, deux jours après la sortie de son 25e album, une nouvelle qui a surpris et déclenché une pluie d’hommages à travers le monde.

« David Bowie est mort paisiblement (dimanche) entouré de sa famille à l’issue d’un courageux combat de 18 mois contre le cancer », affichaient lundi les comptes Twitter et Facebook de la star britannique.

« Désolé et triste de dire que c’est vrai. Je serai déconnecté pendant un moment. Je vous aime tous », a confirmé son fils Duncan Jones en postant sur Twitter une photo en noir et blanc de lui bébé, juché sur les épaules de son père.

L’annonce a supris le monde entier car la star avait réussi à tenir quasiment secrète sa longue maladie, s’abstenant de paraître en public depuis des mois sans éveiller trop de questions.

Le décès du chanteur « aux mille visages », pour sa propension à muer et adopter de multiples personnalités, est intervenu deux jours après la sortie de son 25e album « Blackstar », le jour de son 69e anniversaire.

Véritable artiste caméléon, qui a vendu 140 millions d’albums selon les estimations, il montrait dans cet album qu’il était toujours décidé à surprendre, en se laissant aller à de séduisantes expérimentations jazz.

Ce n’était pas un album d’adieu mais « un album tourné vers le futur, de quelqu’un qui redevient maître de son destin, à la fois expérimental et pop, loin du repos du guerrier, un album de battant, de casse-cou … le plus audacieux depuis presque trente ans », a déclaré à l’AFP Jean-Daniel Beauvallet, rédacteur en chef au magazine Les Inrockuptibles, basé à Brighton.

Les hommages à sa carrière pleuvaient lundi sur les réseaux sociaux, provenant aussi bien de ses fans, du monde de la musique que de personnalités politiques, générant ainsi plus de 3 millions de tweets en quelques heures.

« Au revoir David Bowie. Tu es maintenant parmi les #Heroes. Merci d’avoir aidé à faire tomber le Mur » de Berlin, a tweeté le ministère allemand des Affaires étrangères, en référence à son titre Heroes, chanson phare de la Guerre Froide.

Cette chanson avait été écrite alors que Bowie vivait à Berlin à la fin des années 1970 pour fuir sa gloire et sa dépendance aux drogues.

« L’amitié de David était la lumière de ma vie. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi brillant. Il était le meilleur », a tweeté Iggy Pop, 68 ans, qui a collaboré avec lui pendant sa période berlinoise et notamment sur la chanson China Girl.

– ‘Génie absolu’ –

« David Bowie était l’une de mes principales sources d’inspiration, tellement courageux, tellement créatif, il nous a donné de la magie pour toute une vie », s’est exclamé le rappeur vedette Kanye West, tandis que la chanteuse Madonna se disait « effondrée ».

Le styliste britannique Paul Smith, 69 ans, a rendu hommage à son ami en présentant lundi sa collection masculine automne-hiver 2016 à Londres. Les deux hommes avaient travaillé ensemble récemment sur un tee-shirt portant l’étoile noire du dernier album du musicien.

« De nos jours, plein de gens sont considérés comme des célébrités alors que leur célébrité ne remonte qu’à un ou deux ans. Mais lui, il était une star depuis des décennies, son talent était évident, très impressionnant », a-t-il dit.

Né David Robert Jones le 8 janvier 1947 dans une famille modeste de Brixton, quartier populaire du sud de Londres, David Bowie avait quitté l’école dès l’adolescence et accédé à la notoriété en 1969 avec « Space Oddity », une balade devenue mythique sur l’histoire de Major Tom, un astronaute qui se perd dans l’espace.

Il avait ensuite multiplié les albums, les changements musicaux et de personnages, s’amusant à se transformer en s’appuyant sur sa formation de mime et son goût pour le costume, la mode ou encore le théâtre kabuki. Bowie avait également fait plusieurs incursions dans le cinéma.

Il avait enchaîné disques et tournées jusqu’au début des années 2000 mais un accident cardiaque en juin 2004 sur la scène d’un festival allemand avait mis fin à cette période très productive.

Contraint à un long repos, il s’était fait rare les années suivantes mais avait récemment multiplié les projets: générique de série, comédie musicale, quelques apparitions comme sur le dernier album de The Arcade Fire, semblant redevenir celui qui dictait la mode dans les années 1970.

Après « The Next Day » sorti en 2013, son 25e et dernier album est placé sous le signe d’une mystérieuse étoile noire. Fait exceptionnel, le visage de l’artiste n’apparaît à aucun moment, ni pendant la promotion de l’album, ni sur sa pochette.

« C’est quelqu’un qui a inventé ou réinventé 15, 20 mouvements musicaux, la musique se nourrit depuis 40 ans de ce qu’il a donné en pâture, a souligné Jean-Daniel Beauvallet. On parle de génie absolu pour sa qualité de passeur mais aussi de mélodiste et chanteur, il n’a jamais stagné ».

Source: Décès de David Bowie, pluie d’hommages à une légende du rock

%d blogueurs aiment cette page :