Étonnements québécois #2

J’adore !!!

A dos de Caribou

Dans les conversations : 

  • Icitte, on dit ‘icitte’ pour ‘ici’.
  • Icitte, on préfère le tutoiement au vouvoiement. C’est sympa, quand on arrive à s’y habituer rapidement (moi trop polie? moi trop coincée?). Ca donnerait presque l’impression d’être tous amis de longue date! Mais cela ne se fait pas encore dès le premier tutoiement…
  • Icitte, on prononce ‘Boss-thon’ pour Boston mais ‘Washingtonne’ pour Washington.
  • Icitte les insultes font référence au milieu ecclésiastique. Et, d’un point de vue personnel, j’aurais encore trop de difficulté à m’offenser d’entendre « Ostie de Calice » à la place de « Fi** de p*te ». Sinon, il y a aussi « Christ » ou plutôt « Criss' », « Tabernacle », « Saint Ciboire ». (Nb: n’allez pas croire qu’on m’en adresse quotidiennement non plus… )

Dans l’assiette/dans le verre/au resto :

Poutine love

  • Icitte, la poutine n’est pas la seule spécialité locale. Le pâté chinois l’est aussi. (no joke)
  • Icitte, les breuvages sont des boissons et les liqueurs des sodas.

Voir l’article original 599 mots de plus

L’énigmatique Stephen Harper

Anne Pélouas

Article publié sur le monde.fr le 15 octobre 2015

Glacial, secret, le premier ministre canadien est au pouvoir depuis 2006. S’il remporte les élections du 19 octobre, malgré le léger avantage de Justin Trudeau, son rival libéral, il battra tous les records de longévité de l’histoire du pays

Cette victoire serait la quatrième et une sorte de va-tout : qu’il gagne à l’arraché les élections fédérales du 19 octobre, à 56 ans, et l’actuel premier ministre conservateur aura dépassé tous ses prédécesseurs ; qu’il perde, face au libéral Justin Trudeau, auquel les derniers sondages donnent une courte avance, et la défaite sera forcément cuisante et amère. Car, si l’homme peut avoir le sentiment du devoir largement accompli après neuf ans de pouvoir, il supporte très mal critiques et échecs. Le regard bleu perçant, le sourire souvent forcé, la mine sévère, il glace facilement ses interlocuteurs. Derrière cette froideur se cache un personnage complexe…

Voir l’article original 1 628 mots de plus

L’impact de la concurrence fiscale sur les paradis fiscaux

Divergeons

paradise

En septembre 2007 a débuté la première crise financière majeure du 21e siècle. Dans le même temps, les pays du G8 ont annoncé le lancement d’une lutte active contre les paradis fiscaux parce qu’ils sont un frein à la maîtrise financière et à la souveraineté des nations (Langlet, 2013). Plus récemment, le débat sur la responsabilité de tous devant l’impôt a été relancé dans nombre de pays occidentaux, devant le constat de la croissance des inégalités sociales (Libération, 2015). Les paradis fiscaux sont la forme la plus extrême de concurrence fiscale (Shaxson, 2012). Les États ou territoires pratiquent la concurrence fiscale afin d’accroître leur attractivité et donc d’attirer les investissements directs étrangers (IDE) (Marty, 2005). Selon l’OCDE (1998), la concurrence fiscale a deux formes principales : les régimes fiscaux préférentiels et les paradis fiscaux.

Dans ce rapport, nous délaissons le premier type de concurrence fiscale pour ne nous intéresser…

Voir l’article original 5 809 mots de plus

Suisse : troisième coup de semonce électoral pour les mondialistes et les remplacistes

civilwarineurope

CRnsTBLWcAA69jILa droite populiste suisse, l’UDC, résolument anti-immigration et anti-Union Européenne, a enregistré dimanche une progression spectaculaire aux élections législatives. Elle est confortée comme premier parti de la Confédération Helvétique.

L’Union démocratique du centre (UDC), parti de droite anti-immigration, demeure le premier parti de Suisse à l’issue des élections fédérales de dimanche, avec 28% des suffrages, selon plusieurs projections. En 2011, l’UDC avait obtenu 26,6% des voix. Le Parti libéral-radical (PLR), troisième parti du pays derrière le Parti socialiste, progresserait également de plus d’un point de pourcentage, autour de 16%, accentuant l’ancrage à droite du parlement.

Selon la télévision suisse, l’UDC gagnerait onze sièges pour totaliser 65 élus au Conseil national, la chambre basse du parlement qui compte 200 élus. Le PLR en obtiendrait deux de plus, à 33 élus, et les socialistes perdraient deux sièges, à 44 (…°

« Le vote a été clair », a déclaré le président de l’UDC Toni…

Voir l’article original 71 mots de plus

Suisse : triomphe libéralo-populiste

Mes coups de coeur

par Philippe Bach 

La Suisse se jette dans les bras de la droite dure. L’Union démocratique du centre (UDC) sort grand vainqueur de ce scrutin et est en mesure d’exiger un second siège au Conseil fédéral.

La suite sur : http://www.lecourrier.ch/node/133519

Doit-on en être surpris ? A lire :  « La Suisse, l’or et les morts » de Jean Ziegler, pas vraiment.

Voir l’article original