Pourquoi les champions juniors ne percent (presque) jamais

Baptiste Morin

Crédit : Antoine Jeuffin

Olivier Mutis, Julien Jeanpierre, Alexandre Sidorenko… Autant de grands espoirs du tennis français qui n’ont jamais su confirmer au plus haut niveau. En 1995, Olivier Mutis remporte le tournoi junior de Wimbledon. Onze ans plus tard, il met un terme à sa carrière sans n’avoir jamais dépassé la 71e place. En 1998, Julien Jeanpierre triomphe à Melbourne, à l’Open d’Australie junior. Il ne fera jamais mieux que 133e à l’ATP. Plus récemment, en 2006, Alexandre Sidorenko remporte à son tour le tournoi australien. Il pointe aujourd’hui à la 584e place du classement mondial.

Lire la suite sur 20minutes.fr

Voir l’article original

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s