LANGUE QUÉBÉCOISE

philoscegep

On a beaucoup épilogué sur les origines du langage québécois traditionnel.  Deux documents, entre autres, permettent d’éclairer un peu la question.  L’un d’eux date de 1855 et est l’œuvre d’un linguiste amateur nommé Émile Agnel: Observations sur la prononciation et le langage rustiques des environs de Paris (numérisé sur Google.books).  Dans cet ouvrage bref, simple et intéressant, on a la surprise de voir qu’en plein 19e siècle, le langage rural des siècles antérieurs s’était maintenu dans les environs de Paris et que les traits caractéristiques de ce langage sont très proches de ceux du québécois traditionnel.

L’autre date des années 1649-1651 et s’intitule: Agréables conférences de deux paysans de Saint-Ouen et de Montmorency sur les affaires du temps.  Ce texte commente l’actualité troublée de cette période politique en France, et particulièrement à Paris.  Il serait l’œuvre d’un lettré très au fait du langage populaire.  Un Québécois s’y retrouve sans…

Voir l’article original 398 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s